Front national : Marine Le Pen assume ses tweets sur l'Etat islamique et s'en prend à Bernard Cazeneuve | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Front national : Marine Le Pen assume ses tweets sur l'Etat islamique et s'en prend à Bernard Cazeneuve
©

Deuxième couche

Front national : Marine Le Pen assume ses tweets sur l'Etat islamique et s'en prend à Bernard Cazeneuve

Très remontée, la présidente du FN a raillé le ministre de l'Intérieur : "Monsieur Cazeneuve va venir me mettre les menottes ?"

Marine Le Pen semble avoir mis le doigt dans un engrenage complexe. Pour mieux contester un prétendu parallèle entre l'Etat islamique et le Front national, elle a publié une série d’exécutions perpétrées par les terroristes, avec le texte "Daech c'est ça!" Un procédé qui a provoqué un tollé dans le milieu politique, le ministre de l'Intérieur ayant annoncé qu'il allait saisir la plateforme Pharos, chargée de signaler les "contenus ou comportements illicites" sur internet. Une enquête préliminaire pour "diffusion d’images violentes" a été ouverte par le parquet de Nanterre.

"Qu'est-ce que je risquerais à montrer la réalité de ce qu'est Daech, à montrer aux gens qui instrumentalisent Daech pour le comparer au Front national ?" a réagi Marine Le Pen sur Europe 1. "Monsieur Cazeneuve va venir me mettre les menottes pour avoir condamné le fait que certains se permettent de faire un parallèle et cette organisation criminelle ? Mais, comme d'habitude, on préfère condamner ceux qui condamnent que ceux qui commettent" a-t-elle pesté. "Il va me poursuivre pour quoi ? Pour diffamation à l'encontre de Daech ? Vous croyez que je vais laisser les 7 millions d'électeurs qui ont voté pour moi se faire insulter de cette manière et se faire comparer avec des barbares, des criminels et des assassins ?"

Par ailleurs, la famille de l'otage américain James Foley, exécuté en août 2014, a vivement protesté contre l'utilisation d'une photo de sa mise mort. "Nous avons choisi d'employer notre tragédie pour améliorer le monde qui nous entoure, or les actes de Le Pen vont à l'encontre de tout ce que Jim et la fondation James W. Foley Legacy Foundation représentent" a-t-elle écrit, réclamant le retrait immédiat des images.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !