Front national : 56% des Français considèrent le parti comme "un danger pour la démocratie" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Front national : 56% des Français considèrent le parti comme "un danger pour la démocratie"
©Reuters

A la peine

Front national : 56% des Français considèrent le parti comme "un danger pour la démocratie"

Le baromètre annuel sur le FN réalisé par TNS Sofres montre que la stratégie de dédiabolisation est en panne.

Le fameux plafond de verre ? Si le Front national s’est imposé comme une force politique importante dans le paysage politique français, il n’est toujours pas parvenu à devenir un parti ‘’comme les autres.’’ C’est ce que révèle le baromètre annuel sur le parti réalisé par TNS Sofres pour Le Monde, France Info et Canal+.

Ainsi, 56% des sondés considèrent que le FN représente ‘’un danger pour la démocratie en France’’ soit deux points de plus par rapport à l’année précédente et un retour à la case départ : c’était le score en 2011 lorsque Marine Le Pen a pris les rênes du parti. De la même façon, 63% des Français sont en désaccord avec les idées du Front national et 62% affirment qu’ils n’ont jamais voté et ne voteront jamais pour le parti.

Si certaines propositions, axées sur la sécurité (rétablissement du service militaire, renforcement des pouvoirs de la police…) sont bien accueillies d’autres moins consensuelles perdent du terrain. Ainsi, 72% des personnes interrogées, rejettent la préférence nationale dans le domaine de l’emploi et la sortie de l’euro ne recueille que 26% d’approbation contre 34% en 2011.  

Pire, l’électorat de droite semble de moins en moins sensible au discours du Front national. Si 45% des électeurs Républicains envisageaient des alliances avec le FN en 2015, ils ne sont plus que 37% aujourd’hui. Ils sont d’ailleurs 24% à estimer qu’il faut le combattre, soit 16 points de plus par rapport à l’année dernière ! Marine Le Pen doit donc trouver une solution d’ici un an, pour espérer triompher à la présidentielle.
 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !