Fraudes : 5 millions de litres de vins italiens saisis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Fraudes : 5 millions de litres de vins italiens saisis
©KRIS CONNOR / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Mamma mia

Fraudes : 5 millions de litres de vins italiens saisis

Les carabiniers ont notamment découvert des dizaines de milliers de tonnes de raisin dont l'origine était inconnue.

C'est un coup dur pour les vins italiens, dont le succès a pris le monde par surprise. La brigade antistupéfiants et de protection de la santé des carabiniers (NAS) a annoncé avoir saisi 5 millions de litres de vin frauduleux après 871 inspections menées entre septembre et novembre 2018 dans tout le pays. Non-respect des règles d’hygiène, manque de traçabilité... Au total, pas moins de 20 % de leurs visites dans des domaines viticoles ont permis de soulever de « graves irrégularités ».

Le commandement des carabiniers a notamment expliqué que dans la région de Trévise, où est produit le célèbre prosecco, les carabiniers ont découvert d'importantes quantités de moût non enregistrées dont la provenance était inconnue. Ils y ont saisi 69 000 litres de moût, 73 000 tonnes de raisins et 743 000 litres de prosecco sur le point d’être étiqueté « DOCG » (Dénomination d'origine contrôlée et garantie) ou « DOC » (Appellation d’origine contrôlée), l’équivalent italien des AOC. 

Que choisir souligne que "ces pratiques, en particulier l’utilisation de raisins d’origine inconnue, peuvent s’expliquer par l’explosion de la demande en prosecco, qui a pris les producteurs par surprise". Avec des exportations en hausse de 75 % en 15 ans et une production de 600 millions de bouteilles en 2018 (le double de la Champagne sur la même période), difficile pour les producteurs de suivre la cadence sans être tentés de frauder...

Que choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !