Frappes américaines en Syrie : Vladimir Poutine condamne "une agression contre un Etat souverain" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Frappes américaines en Syrie : Vladimir Poutine condamne "une agression contre un Etat souverain"
©

A chaud

Frappes américaines en Syrie : Vladimir Poutine condamne "une agression contre un Etat souverain"

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a lui estimé que les frappes constituaient une forme de "condamnation" du "régime criminel" de Bachar al-Assad.

Des réactions bien différentes. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les Etats-Unis ont tiré une soixantaine de missiles sur la base aérienne de Shayrat, près de Homs, en Syrie. Une frappe en réaction à l’attaque supposée chimique sur Khan Cheikhoun imputée au régime syrien.

A LIRE AUSSI : Attaque chimique en Syrie : les Etats-Unis frappent une base aérienne du régime

La majorité des chancelleries occidentales ont apporté leur soutien à cette initiative. Le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault a estimé que les frappes américaines constituaient une forme de "condamnation" du "régime criminel" de Bachar Al-Assad et qu’un signal avait été donné. "Les Russes et les Iraniens doivent comprendre que soutenir Assad n’a pas de sens, nous ne souhaitons aucune confrontation avec eux".

Un porte-parole britannique a lui affirmé que Londres "soutient totalement l’action américaine". Même son de cloche en Israël ou en Arabie Saoudite.

Mais les Russes et les Iraniens ont des avis bien différents. Par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, Téhéran a évoqué "une violation des lois internationales." Et à Moscou, on évoque un "préjudice considérable" dans la relation entre la Russie et les Etats-Unis. "Le président Poutine considère les frappes américaines contre la Syrie comme une agression contre un Etat souverain en violation des normes du droit international, [se fondant] sur des prétextes inventés" a estimé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !