François Pérol, président de la BPCE, a été mis en examen pour prise illégale d’intérêts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Pérol, président de la BPCE, a été mis en examen pour prise illégale d’intérêts
©

Enquête

François Pérol, président de la BPCE, a été mis en examen pour prise illégale d’intérêts

L'enquête porte sur les conditions de sa nomination à la tête du groupe bancaire après deux ans à l’Elysée comme secrétaire général adjoint sous Nicolas Sarkozy.

François Pérol, président de la BPCE, groupe bancaire issu de la fusion des Caisses d'épargne et des Banques populaires, a été mis en examen ce jeudi pour prise illégale d'intérêts. Ce, dans le cadre d’une enquête sur les conditions de sa nomination à la tête du groupe après deux ans à l’Elysée comme secrétaire général adjoint sous Nicolas Sarkozy.

L’association Anticor et les syndicats CGT et Sud estimaient que Pérol avait pris part aux négociations sur la création de la BPCE quand il était encore à l’Elysée. Or, la loi interdit à un fonctionnaire de travailler pour une entreprise qu'il a surveillée, avec laquelle il a conclu un contrat ou qu'il a conseillée sur ses opérations dans les trois ans précédant son passage du public au privé.

Le parquet de Paris avait d’abord classé les plaintes d’Anticor et des syndicats sans suite. Il estimait que le rôle de François Pérol avait été d'informer le président de la République et que le secrétaire général de l'Elysée "n'était pas une autorité publique compétente pour intervenir dans le dossier ".  Les syndicats s'étaient alors portés parties civiles et après une nouvelle bataille judiciaire qui est allée jusqu'à la Cour de cassation, l'enquête avait été de nouveau confiée au juge du pôle financier Roger Le Loire.

Lu sur Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !