François Hollande souhaite un budget Défense à "2% du PIB" d'ici cinq ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande souhaite un budget Défense à "2% du PIB" d'ici cinq ans
©LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP

Généreux... mais plus tard

François Hollande souhaite un budget Défense à "2% du PIB" d'ici cinq ans

"Nous devons moderniser les matériels, assurer la formation des personnels" et "protéger les Français" a justifié le chef de l'Etat.

Pour ses derniers vœux aux armées, François Hollande a fait dans le solennel. Lors d'un discours à la Base aérienne 118 à Mont-de-Marsan, le chef de l'Etat a souhaité rendre hommage aux soldats de l'armée française. "Les Français savent ce qu'ils vous doivent, ils mesurent les risques que vous prenez et les sacrifices que vous acceptez. En leur nom, je veux vous témoigner ma gratitude. La Nation doit elle-même faire un effort pour sa défense. Parce que rien n'est gratuit, et rien ne peut être assuré sans la participation citoyenne, cela veut dire aussi financière".

Alors qu'une partie du personnel de cette base est engagé  sur les opérations Barkhane et Chammal principalement, François Hollande a estimé que "la France ne peut pas vivre repliée, recroquevillée. Ce repli serait dangereux. La stabilité et la sécurité de régions entières nous concernent et peuvent mettre en péril notre propre sécurité". 

Devant Jean-Yves Le Drian, les principaux responsables militaires, le président de la République a affirmé que la part du budget consacré à la Défense devra aller "vers 2%" lors du prochain quinquennat. "Nous devons aller vers 2%. À quel horizon? Sûrement sur les cinq prochaines années Nous devons nous assurer cet effort de défense. Pourquoi ? Parce que nous devons moderniser les matériels, parce que nous devons assurer la formation des personnels. Parce que nous devons déployer des opérations. Parce que nous devons assurer nos missions. Parce que nous devons protéger les Français" a-t-il conclu.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !