François Hollande-Julie Gayet : Closer assigné par l'actrice, le paparazzi se dit "fier" de ses photos | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Julie Gayet poursuit en justice le magazine Closer
Julie Gayet poursuit en justice le magazine Closer
©Reuters

Nouvel épisode

François Hollande-Julie Gayet : Closer assigné par l'actrice, le paparazzi se dit "fier" de ses photos

Dans un portrait que lui consacre Le Monde, Sébastien Valiela, le photographe à l'origine des clichés sur la relation supposée entre François Hollande et Julie Gayet, revient sur cette histoire.

La relation supposée entre François Hollande et Julie Gayet n'en finit plus de faire couler de l'encre. Ainsi, ce jeudi, l'hebdomadaire Closer, qui a révélé cette présumée liaison entre le président et l'actrice, a indiqué avoir reçu une assignation de la comédienne pour atteinte à la vie privée. L'actrice réclame 50 000 euros de dommages et intérêt, 4 000 euros pour les coûts de procédure, ainsi qu'une publication judiciaire sur la moitié de la couverture du magazine. La direction de Closer a confirmé l'assignation mais s'est refusée à tout commentaire. 

Mais ce n'est pas tout. En effet, Le Monde a aussi publié ce jeudi un portrait du photographe ayant pris les clichés servant de preuves au magazine people. Selon le quotidien, dès janvier 2013, Sébastien Valiela, 42 ans, déclarait : "Si quelqu'un arrive à photographier François Hollande et Julie Gayet ensemble, ce sera un coup énorme. Mais qui osera le publier ?" Un an après, c'est donc lui qui a réalisé ce "coup énorme".

Dès lors, le photographe confie : "Oui, je savais déjà… Ça faisait un petit moment que les paparazzis en parlaient. Encore fallait-il trouver le lieu de rendez-vous. On a pisté un agent de sécurité attaché à Julie Gayet, et on a trouvé." Et de réfuter la thèse du complot ourdi par Nicolas Sarkozy et ses proches. "N'importe quoi", affirme Sébastien Valiela.

Sa réputation, il l'a gagnée avec une image prise il y a vingt ans : en 1994, c'est lui qui révèle dans les pages de Paris Match l'existence de Mazarine Pingeot, la fille "cachée " du président François Mitterrand. Quant à ces photos de François Hollande, Sébastien Valiela l'assure au Monde : "J'en suis fier !". Et de se défendre : "Je ne suis pas dans la rumeur, ni dans la manipulation, je livre des faits vérifiés. (…) Quand on est président de la République, on a une fonction à défendre. Il y avait enfin tant de photographes sur cette info qu'elle devait sortir un jour." Au moins, ça a le mérite d'être clair.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !