François Hollande en visite mardi à Auschwitz pour le 70e anniversaire de la libération du camp | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
François Hollande en visite mardi à Auschwitz pour le 70e anniversaire de la libération du camp
©

Hommage

François Hollande en visite mardi à Auschwitz pour le 70e anniversaire de la libération du camp

De nombreux responsables étrangers sont attendus en Pologne pour cette commémoration.

Quelques semaines après les attentats de Paris, lors desquels quatre juifs ont été tué, ce déplacement en Pologne a un sens particulier. Ce mardi, le chef de l'Etat va se rendre à Auschwitz pour la célébration du 70e anniversaire de la libération du camp de concentration nazi, le 27 janvier 1945 par l'armée russe. Le président français assistera à la cérémonie principale aux côtés du président allemand, Joachim Gauck, et ukrainien, Petro Porochenko, du secrétaire américain au Trésor, Jack Lew, et du chef de l'administration présidentielle russe, Sergueï Ivanov. Une centaine d'anciens prisonniers, venus d'Israël, seront aussi présents car le Musée d'Auschwitz-Birkenau a préféré mettre l'accent sur les survivants. C'est pour cette raison qu'aucune invitation officielle n'a été lancée. Le président russe Vladimir Poutine justifiait, en effet, son absence à la cérémonie par l'absence d'invitation.

Ouvert en 1940, le camp a provoqué la mort de 1,1 million de personnes dont l'immense majorité était des juifs. Auschwitz-Birkenau, situé au sud de la Pologne, était le plus grand camp de concentration et d'extermination mis en place par les Nazis.

Avant de se rendre en Pologne, François Hollande se rendra mardi matin au Mémorial de la Shoah dans le IVe arrondissement parisien où il rencontrera une centaine de survivants des camps, dans lesquels plus de 6 millions de juifs ont péri. Le président rendra hommage aux 75 000 juifs de France déportés sous le régime collaborationnistes de Vichy. 

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !