François Hollande au Japon : il signe un "partenariat d'exception" avec Shinzo Abe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
François Hollande et Shinzo Abe
François Hollande et Shinzo Abe
©Reuters

Copains comme c...

François Hollande au Japon : il signe un "partenariat d'exception" avec Shinzo Abe

Cette rencontre permet de créer "une ambiance nouvelle" et constitue "une étape supplémentaire" pour "un partenariat d'exception", s'est réjoui François Hollande.

François Hollande voulait que les rapports avec le Japon soit au zénith. Avant son déplacement en Asie, le président de la République avait indiqué que cette visite serait très importante pour la France. Les faits lui donnent raison puisqu'il a signé ce vendredi matin avec le pays hôte, un accord de "partenariat d'exception". Ce partenariat porte sur trois domaines: la politique vis-à-vis de la communauté internationale, l'économie et la culture.

Il s'agit d'adopter des positions communes sur de grands enjeux internationaux, d'accentuer les coopérations économiques en favorisant les collaborations industrielles et d'amplifier le rayonnement culturel des deux pays, ont expliqué le Premier ministre nippon Shinzo Abe et le président français François Hollande lors d'une conférence de presse conjointe à l'occasion de la visite d'Etat de ce dernier au Japon.

Les deux pays prévoient ainsi une enceinte de dialogue "2+2", associant les ministres des Affaires étrangères et de la Défense japonais et français. "Nos deux pays doivent prendre le leadership pour la paix et la sécurité", a expliqué Shinzo Abe. François Hollande a fait également référence à la lutte contre la prolifération nucléaire: "j'ai rappelé ici les volontés qui sont les nôtres d'empêcher certains pays d'accéder à l'arme nucléaire, je pense particulièrement à la Corée du Nord et aussi à l'Iran", a-t-il dit.

En matière économique, François Hollande a appelé à "favoriser les investissements croisés". Il a également indiqué que l'accord de libre-échange en cours de négociations entre le Japon et l'Union Européenne (UE) serait favorable "à certaines conditions qui sont la réciprocité et la réduction des barrières tarifaires et non-tarifaires qui entravent les échanges". Le 25 mars, les dirigeants de l'UE et du Japon avaient donné le coup d'envoi de ces délicates négociations entre les deux blocs, qui représentent quelque 30% de l'économie mondiale et 40% du commerce mondial.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !