François Hollande à Moscou : "Nous pouvons être capable de trouver une solution politique" en Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
François Hollande rencontre ce jeudi le président russe Vladimir Poutine.
François Hollande rencontre ce jeudi le président russe Vladimir Poutine.
©Reuters

Dégel

François Hollande à Moscou : "Nous pouvons être capable de trouver une solution politique" en Syrie

Le chef d’État français rencontre ce jeudi en tête-à-tête le président russe Vladimir Poutine.

Opération dégel à Moscou pour le président français. François Hollande rencontre en effet ce jeudi en tête-à-tête pour la deuxième fois depuis sa prise de fonction l'année dernière le président russe Vladimir Poutine. Cette visite de 24 heures du chef d'Etat français vise clairement à resserrer les liens économiques mais également personnels entre les deux dirigeants.

François Hollande ne sera pas seul lors de cette visite qui intervient également alors que la France et la Russie ne sont pas du même avis en ce qui concerne les voies et moyens à mettre en œuvre pour trouver une solution politique et diplomatique en Syrie. Le président a ainsi déclaré ce jeudi sur une radio moscovite qu'il souhaitait qu'une solution politique soit trouvée rapidement pour pouvoir mettre fin au conflit syrien qui a fait plus de 700 000 morts en deux ans selon l'Onu. "Je pense que d'ici quelques semaines, nous pouvons être capable de trouver une solution politique qui puisse prévenir l'escalade du conflit" a ainsi déclaré François Hollande sur la radio d'opposition Echo de Moscou. Quant à la question de l'embargo sur les armes envoyées en Syrie, le chef d'Etat français a assuré qu'il était respecté par la France précisant que le sujet serait évoqué lors de son entrevue avec Vladimir Poutine.

Le président français sera donc accompagné de quatre ministres : Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, Manuel Valls à l'Intérieur, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg ainsi qu'Aurélie Filippetti, en charge de la Culture. Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, sera également du voyage.

L'entretien d'une heure prévu en milieu de journée avec Vladimir Poutine fera suite à une rencontre avec des chefs d'entreprise dans la matinée ainsi qu'à des visites d'un centre de recherche d'Airbus et du musée Pouchkine.

La rencontre des deux chefs d'Etat s'accompagnera d'un déjeuner de travail en formation "élargie", d'une conférence de presse puis d'une nouvelle rencontre avec les milieux d'affaires franco-russes au Kremlin à laquelle les deux présidents participeront cette fois. La journée se terminera finalement par la rencontre de François Hollande avec la communauté française.

Une quinzaine de dirigeants d'entreprises dont ceux de Airbus, Arianespace, Astrium, SNCF, Thales ou encore Total accompagne le président ce jeudi. La France cherche en effet à attirer plus d'investissements russes. Quand leur "stock" plafonne actuellement à un milliard d'euros dans l'hexagone, les investissements français en Russie se chiffre à 12 milliards d'euros.

La question des droits de l'homme devrait également être abordée par François Hollande mais discrètement néanmoins afin de ne pas trop froisser le président russe. 

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !