François Hollande a activé "tous ses réseaux en Turquie" pour libérer le jeune reporter Loup Bureau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande a activé "tous ses réseaux en Turquie" pour libérer le jeune reporter Loup Bureau
©Reuters

L'homme providentiel ?

François Hollande a activé "tous ses réseaux en Turquie" pour libérer le jeune reporter Loup Bureau

Dans un entretien au JDD, l'ex-chef de l'Etat a expliqué comment il s’impliquait personnellement sur ce dossier complexe.

En retrait…mais pas inactif. Depuis quelques jours, François Hollande revient sur le devant de la scène médiatique. Dernier épisode en date : l'ancien locataire de l'Elysée a choisi de s'impliquer personnellement sur le dossier de Loup Bureau, ce reporter français de 27 ans, emprisonné par les autorités turques depuis le 26 juillet et soupçonné par Ankara d'activités "terroristes", en lien avec des combattants kurdes de Syrie.

Dans un entretien au JDD, mercredi, l'ex-chef de l'Etat a expliqué avoir activé "tous ses réseaux en Turquie. Mon action se fait parallèlement aux autorités françaises, que je ne veux pas gêner. Il faut dire aux Turcs que Loup Bureau est seulement un journaliste qui faisait son métier". Selon le journal, François Hollande a également "mobilisé l'ambassade française et ses contacts auprès des autorités turques".

François Hollande explique également avoir eu "une conversation avec le père de Loup Bureau", et se dit disposé à rencontrer les proches du journaliste détenu. A l'AFP, il a soutenu qu'il ne s'agit pas de "négociations parallèles". Cette initiative intervient alors qu'une nouvelle demande de libération du jeune journaliste a été rejetée vendredi par le juge qui avait mis en examen Loup Bureau. A la suite de ce nouvel échec, Emmanuel Macron s'est entretenu dimanche par téléphone avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan.

Lu sur Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !