Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
©

Interview

François Fillon : "J'ai beaucoup appris"

L'ancien Premier ministre est revenu sur sa relation durant cinq ans avec Nicolas Sarkozy estimant qu'ils avaient été "efficaces".

[Mis à jour 20h40]

François Fillon a également réfuté toute filiation politique avec Nicolas Sarkozy, tout en expliquant qu'il avait beaucoup appris à ses côtés. "J’ai été formé à d’autres écoles politiques. J’ai beaucoup appris à ses côtés. On a formé un couple qui a été l’objet de beaucoup de critiques mais a très bien fonctionné. L’un des couples les plus efficaces de le cinquième république. Ma filiation politique est différente".

En parlant du retrait de Nicolas Sarkozy de la vie politique et des querelles qui minent l'UMP,  François Fillon a déclaré : "Nicolas Sarkozy manque à la droite républicaine". "Il laisse un vide que personne ne peut prétendre combler".

Il a également évoqué la question de la tête de l'UMP affirmant que toutes les décisions seraient prises après les élections : "Tout le monde sait qu’après (les élections législatives), il y aura un débat pour choisir des lignes politiques. Il n’y a rien d ‘extraordinaire à l’évoquer. Mais on en parlera après les élections législatives".


[Mis à jour 20h35]

David Pujadas demande également à François Fillon de commenter le remplacement de responsables importants de la police par le nouveau gouvernement. L'ancien Premier ministre explique alors : "il y a une question de morale. C’est le droit du président de nommer les hauts fonctionnaires. Mais pourquoi avoir donné des leçons de morale à mon gouvernement quand des fonctionnaires a priori proche du pouvoir étaient nommés ? Ce n’était pas la peine de nous donner toutes ces leçons".


[Mis à jour 20h30]

Fillon commente ensuite la prestation de François Hollande au JT mardi soir, ainsi que les premiers pas du gouvernement.

"Le président de la république a paru assez distant sur les décisions à prendre. Il s’est rarement avancé sur les questions difficiles. Il a paru plus candidat que président. Il y a une sorte de distance qui ressemble à un engagement moindre que celui qui caractérise Nicolas Sarkozy.

Est-ce qu’il a vraiment pris la mesure de la crise économique et financière que notre pays doit affronter. C’est n’est absolument pas le sentiment qu’il a donné sur le plateau hier."

L'ancien Premier ministre a également regretté le tournant que prenaient les relations entre la France présidée par François Hollande et l'Allemagne.


[Mis à jour 20h25]

David Puajadas demande à l'ex-Premier ministre comment il se sent maintenant qu'il n'est plus ministre."Il y a à la fois un soulagement, mais c'est en même temps une rupture de rythme effacée par ma candidature aux élections législative", répond François Fillon.

 

 

C’est au tour de François Fillon d’être reçu sur le plateau du JT de France 2. David Pujadas, après avoir interviewé mardi soir le président François Hollande qui évoquait ses premiers pas de président, mais aussi le retrait des troupes en Afghanistan, le coup de pouce au Smic ou encore la crise de la zone euro, reçoit en effet l’ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy, qui devrait évoquer entre autres sujets les élections législatives.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !