"PenelopeGate" : François Fillon aurait fait rémunérer sa femme par l'Assemblée nationale dès 1982 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"PenelopeGate" : François Fillon aurait fait rémunérer sa femme par l'Assemblée nationale dès 1982
©MARTIN BUREAU / AFP

Coup dur

"PenelopeGate" : François Fillon aurait fait rémunérer sa femme par l'Assemblée nationale dès 1982

Le candidat Les Républicains avait affirmé avoir employé son épouse seulement à partir de 1986. Mais Mediapart conteste cette date.

Une nouvelle épine dans le pied de François Fillon ? Selon Mediapart, le candidat Les Républicains "a encore menti". D'après des informations du pure player (confirmées ensuite parBFMTV), sa femme n'aurait pas été rémunérée par l'Assemblée nationale depuis 1986 (comme François Fillon l'a déclaré lors de sa conférence de presse le 6 février)… mais depuis 1982.

"Penelope Fillon a en fait bénéficié d'argent public dès le premier mandat parlementaire de son mari, grâce à des contrats d'études ou de missions commandées par celui-ci", assène ainsi Mediapart, qui précise que les hommes de l'OCLCIFF, Office anticorruption, se penchent actuellement sur les premiers contrats de Penelope Fillon. Contacté par le site d'informations en ligne, l'avocat de François Fillon n'a pas souhaité commenté ces nouvelles révélations.

François Fillon a été mis en examen le 14 mars pour "détournements de fonds publics, complicité et recel de détournements de fonds publics, complicité et recel d’abus de biens sociaux, et manquement aux obligations déclaratives à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique". Fin mars, entendue par les juges d'instruction, Penelope Fillon a également été mise en examen, notamment pour recel d'escroquerie aggravée et recel de détournement de fonds publics.

Lu sur Mediapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !