François Fillon : "On va vers une nouvelle catastrophe financière" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon veut faire 100 milliards d'économies
François Fillon veut faire 100 milliards d'économies
©Reuters

Franc du collier

François Fillon : "On va vers une nouvelle catastrophe financière"

Sur France Info, l'ancien Premier ministre a expliqué que le budget 2015 n'était "ni honnête, ni responsable".

Budget 2015

"C'est un budget qui n'est pas honnête car il veut faire croire qu'il y a une baisse de la dépense publique alors que ce n'est pas le cas. La dépense publique augmentera de 14 milliards en 2015. Le déficit a augmenté entre 2013 et 2014, on est à 57,7% du PIB de dépense publique. C'est le record absolu depuis 50 ans. Ce budget n'est pas responsable car on va vers une crise financière. La France est en train de devenir un maillon faible qui risque d'accélérer les difficultés de la monnaie européenne et de la zone euro. (...) On a eu en 2008, une crise sans précédent, la dette s'est envolée partout car il y avait un effondrment des recettes. En 2010, on a recommencé à baisser la dette publique. Mais depuis, le seul pays qui a continué à creuser la dette, qui ne fait pas de réformes aujourd'hui, c'est le nôtre.

"L'attitude du gouvernement est irresponsable et on va vers une catstrophe. Il faut tailler dans toutes les dépenses publiques et vite. On doit faire des économies sinon on aura un crash. Je propose 100 milliards d'économies, et ça passe par des coupes strictes : le passage à la retraite à 65 ans, la diminution du nombre de fonctionnaires, le retour aux 39 heures pour les fonctionnaires. Il faut agir vite. Il faut un agenda national et regarder les propositions de l'opposition; Il faut soutenir ensemble droite gauche, un programme de réduction des dépenses publiques, une réforme de l'âge du travail et un assouplissement du code du travail". 

Les propositions d'Emmanuel Macron

"Avant de juger les propositions qu'il va faire, je vais attendre qu'elles soient abandonnées. Il a dit beaucoup de choses mais il en a abandonné beaucoup. Il y a des choses qui vont dans le bon sens mais ce n'est pas à la hauteur du sujet. On va vers une nouvelle catastrophe financière. La France menace l'avenir de la zone euro aujourd'hui et on se permet de demander des choses. Eux font des efforts et nous on en fait pas. Tout le monde doit comprendre qu'il faut baisser les dépenses publiques". 

Jérôme Lavrilleux quitte l'UMP

"C'est un personnage qui s'est dicrédité en direct. Il s'est placé hors la loi, les mots qu'il emploie n'y changeront rien. Il doit être exclu de l'UMP".

Son ambition

"Je suis en dehors de cette compétition avec Nicolas Sarkozy. Je me consacre à un vrai programme de redressement pour la France. (...) Je serai candidat aux primaires de l'opposition si elle sont organisées de manière honnête. Honnête ? C'est une primaire à laquelle tous les Français qui veulent y participer y participent. Il faut qu'il y ait 2 ou 3 millions de personnes sinon ça ne vaut pas le coup. Si ce ne sont pas des primaires ouvertes à tous, je serai candidat au premier tour de l'élection présidentielle comme ça tout le monde est prévenu".

"Ce qui compte, c'est le terrain. Je fais beaucoup de propositions et c'est bien cela l'essentiel. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !