François Fillon : "La transparence ne me fait pas peur, je n'ai rien à cacher" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon : "La transparence ne me fait pas peur, je n'ai rien à cacher"
©AFP

Défense

François Fillon : "La transparence ne me fait pas peur, je n'ai rien à cacher"

Lors d'un meeting à Poitiers ce jeudi soir, le candidat de la droite à la présidentielle a estimé qu'il était "porteur d’un projet qui bouscule le système".

En pleine tourmente, François Fillon veut garder le cap. Malmené depuis plusieurs semaines par l’affaire dite du "Penelopegate", le candidat de droite à la présidentielle était en meeting au Futuroscope de Poitiers. Il a immédiatement débuté son discours par ses affaires. "On scrute ma vie au laser, cherchant la moindre erreur, la moindre faille, le moindre scoop, a-t-il indiqué. "On voudrait dans les médias que je sois un 'saint', je ne suis, mes amis, qu'un homme, un homme qui n'a pas enfreint la loi, un patriote qui aime son pays et qui lui a donné le maximum de ce qu'il avait dans les tripes. Je n'ai rien à cacher".

"La transparence ne me fait pas peur, et j’attends que mes concurrents à la présidentielle se montrent aussi clairs que moi" a-t-il ajouté. Selon l'ancien Premier ministre, ces attaques sont lancées contre lui car il est "porteur d’un projet qui bouscule le système". Et d'insister : "Je suis plus qu’un adversaire politique, je suis un adversaire idéologique. Je n’ai pas fauté au regard de la loi, mais je sais vos interrogations, votre émotion. Vous attendez le meilleur de moi".

Devant une salle bondée (où était présent notamment Jean-Pierre Raffarin), le candidat Les Républicains a également profité de sa tribune pour tiré à boulets rouges sur Emmanuel Macron, qui le devance désormais dans les sondages et l’éliminerait dès le premier tour de l’élection présidentielle. "Macron, c'est la gauche souriante dans ses nouveaux vêtements, la bouche pleine de phrases creuses et sirupeuses" a-t-il condamné.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !