François Fillon : "Aidez-moi, donnez-moi votre énergie, votre force, vote fierté" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Fillon :  "Aidez-moi, donnez-moi votre énergie, votre force, vote fierté"
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Pugnacité

François Fillon : "Aidez-moi, donnez-moi votre énergie, votre force, vote fierté"

L'ancien Premier ministre a tenu un meeting à Nîmes jeudi soir devant 3 000 personnes.

En dépit des nombreuses défections de ses soutiens tout au long de la journée, le vainqueur de la primaire de la droite et du centre a de nouveau voulu témoigner sa combativité jeudi soir à l'occasion d'un meeting à Nîmes : "Vous avez devant vous un combattant (…) Que celles et ceux qui ont du cran se lèvent, merci, merci de tout cœur pour votre présence à mes côtés. Merci à vous, les militants de la France". 

"Je suis là pour percuter tous les scénarios que certains voudraient écrire à votre place. On m'attaque depuis des semaines avec une violence sans commune mesure. La machine à scoops, la machine à rumeurs s'est mise en marche. Je n'ai pas l'intention de céder", a-t-il poursuivi. 

>>>> À lire aussi : 52% des sympathisants de la droite et du centre souhaitent que François Fillon retire sa candidature mais 63% sont d'accord avec son argument de "l'assassinat politique"

"Je n'ai pas fait de grandes écoles. Je n'ai pas été banquier", énumère le candidat de la droite, après avoir affirmé que "ces dernières semaines on a mis à épreuve [sa] vie". Mettant en avant sa carrière politique dans les collectivités locales, il a clamé : 

"Jugez-moi sur mon parcours. Aidez-moi, donnez-moi votre énergie, donnez-moi votre force, donnez-moi vote fierté. Tous ensemble nous allons gagner pour la France et pour la République", a conclu François Fillon. 

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !