Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Conseil d'ami

François Bayrou souhaite un référendum sur la réforme des institutions

Suite au discours de politique générale d'Edouard Philippe, le président du MoDem regrette que le gouvernement reporte la révision des institutions. François Bayrou désire qu'un référendum soit instauré sur cette question.

La réforme constitutionnelle a été repoussée par le gouvernement. Edouard Philippe l'a précisé dans le cadre de son discours de politique générale prononcé ce mercredi à l'Assemblée nationale.

Le nouveau calendrier dévoilé par Edouard Philippe pour la réforme des institutions a été fixé à une date "après les sénatoriales de septembre 2020", face aux difficultés avec le Sénat notamment. 

Invité sur BFMTV et RMC, François Bayrou a exprimé sa satisfaction de manière générale sur le discours de politique générale prononcé par le Premier ministre. François Bayrou regrette en revanche le report de la réforme constitutionnelle. 

François Bayrou a regretté "la crispation du système sur la préservation des existants". 

Le président du MoDem a indiqué qu'il fallait "pousser cette réforme" afin de "peut-être trancher sur un référendum".

François Bayrou a expliqué ce souhait d'une proposition de référendum sur cette question : 

"J’étais partisan d’organiser un référendum sur la question dès le second tour des élections législatives. On aurait demandé aux Français de tracer le cadre de ce que serait leur avenir : moins de parlementaires, qui auraient plus de poids, et l’instauration d’une dose de proportionnelle, pour que tous les courants politiques aient une représentation".

François Bayrou regrette la décision d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe de "passer par un mécanisme plus lent". 

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !