François Bayrou accuse Fillon d'être "sous l'influence des puissances d'argent" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Bayrou accuse Fillon d'être "sous l'influence des puissances d'argent"
©ERIC FEFERBERG / AFP

Dans le système

François Bayrou accuse Fillon d'être "sous l'influence des puissances d'argent"

Invité sur France 2, le patron du Modem assure qu'il "n'hésiter(a) pas à prendre (s)es responsabilités."

Après s'être durement confronté, pendant des années, avec Nicolas Sarkozy, François Bayrou s'attaque désormais à François Fillon. Déjà très critique contre le candidat de la droite depuis plusieurs mois, le patron du Modem est encore plus sévère depuis le PenelopeGate. Ce mercredi sur France 2, il n'a pas hésité à accuser le candidat de la droite d'être "sous l'influence des puissances d'argent" avec une phrase assassine. "Jamais, dans l'histoire de la République, un candidat aux plus hautes fonctions, à la présidence de la République, n'a été ainsi sous l'influence des puissances d'argent."

Il fait notamment référence à la société de conseil de François Fillon. "De très grandes sociétés multinationales se payent des hommes politiques, pour qu'ils les aident à ouvrir des portes, à se servir de leurs relations pour leurs intérêts" assure François Bayrou. "La responsabilité politique est une responsabilité qui normalement doit être mise à l'abri des intérêts." Et de poursuivre : "Si vous jetez un œil sur l'ensemble du champ politique, vous verrez que l'argent s'insinue partout, que de très gros moyens sont déployés. Tout ceci fait que la responsabilité d'un dirigeant est soupçonnée. La chose la plus importante à faire aujourd'hui, c'est reconstruire cette confiance-là".

Si François Bayrou n'a toujours pas annoncé sa participation à la présidentielle, il rappelle qu'il "n'hésiter(a) pas à prendre (s)es responsabilités."

Lu sur FranceInfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !