Fiscalité écologique : Noël Mamère menace de quitter EELV | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Noël Mamère menace de quitter EELV
Noël Mamère menace de quitter EELV
©REUTERS/Regis Duvignau

Avertissement

Fiscalité écologique : Noël Mamère menace de quitter EELV

Le député a aussi assuré qu'"en l'état" il ne voterait pas le budget, ajoutant que, "si rien ne bouge", rester dans la majorité serait de "l'acharnement thérapeutique".

L'intervention télévisée de François Hollande fait parler. Au lendemain de l'interview du président de la République par Claire Chazal, les critiques fusent. L'un des plus vindicatifs n'est autre que Noël Mamère. Le député d'Europe Ecologie-Les Verts n'est pas du tout satisfait des mesures annoncés dimanche par le chef de l'Etat. Et il entend le faire savoir. Ainsi, ce lundi, il s'est emporté contre les déclarations de François Hollande à propos de la fiscalité écologique.  

"Dans la mesure où" M. Hollande "a confirmé qu'il n'y aurait pas de taxation sur le diesel et que la contribution climat-énergie, très mal définie, très floue telle que présentée, est renvoyée à plus tard, je ne vois pas très bien comment le groupe écologiste à l'Assemblée pourrait voter le budget", a réagi le député-maire de Bègles (Gironde) auprès de l'AFP. "En l'état (...), je ne voterai pas le budget", a-t-il assuré. Noël Mamère a poursuivi sur la pertinence de la présence de ministres écologistes dans le gouvernement.

"Si rien ne bouge, ce serait une forme d'acharnement thérapeutique que de s'obstiner à rester dans cette majorité", a-t-il encore insisté, après avoir déclaré lundi matin sur France Bleu Gironde que, "si nous ne votons pas le budget, cela veut dire que nous ne sommes plus dans la majorité". Dans ce cas, "je ne vois pas comment nous pourrions avoir des ministres au gouvernement". EELV "doit se réunir" pour "dire ce qu'il veut faire. Si ce parti (...) considère que tout va bien, nous serons un certain nombre à le quitter", a-t-il encore déclaré à la radio.

"Les silences du président de la République (dimanche) soir, c'est la reconnaissance et l'aveu de la puissance des lobbies dans ce pays", a martelé Noël Mamère à l'AFP. Il a aussi estimé que les écologistes devaient tirer "les leçons de cette maltraitance et de ce fossé culturel qu'il y a entre nous et une grande partie de la gauche". Reste à savoir si ces menaces seront mises à exécution.

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !