Facebook devrait payer 40 millions de dollars dans le cadre d'un accord avec les annonceurs américains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Justice
Facebook devrait payer 40 millions de dollars dans le cadre d'un accord avec les annonceurs américains
©Josh Edelson / AFP

Règlement à l'amiable

Facebook devrait payer 40 millions de dollars dans le cadre d'un accord avec les annonceurs américains

Facebook était visé par une "class action" aux Etats-Unis. Le réseau social est accusé d'avoir manipulé ses statistiques d'audience vidéo pendant une période de 18 mois.

Plusieurs agences de publicité ont révélé les détails d'un projet d'accord financier avec Facebook qui mettrait fin à un recours collectif. Dans cette affaire, le géant des réseaux sociaux surestimait le temps moyen passé lors du visionnage des vidéos des utilisateurs. 

Le réseau social Facebook avait altéré le temps moyen que les utilisateurs passaient à visionner les vidéos. 

Facebook vient donc d'accepter de payer 40 millions de dollars afin de résoudre et de mettre fin aux poursuites. Une grande partie de cette somme devrait être attribuée à un petit groupe d'annonceurs américains, ceux ayant acheté du temps publicitaire dans des vidéos. Le versement de cette somme va éteindre la plainte en cours.  

Selon une source proche du dossier, citée par la rédaction du Hollywood Reporter, les chiffres d'audience moyens n'ont pas été gonflés de 60% à 80%. Ils auraient été gonflés de 150 à 900%. 

Facebook avait été assigné devant une cour californienne pour avoir manipulé la durée moyenne de visionnage des vidéos sur sa plateforme durant 18 mois. Ces statistiques sur lesquelles se seraient appuyées Facebook auraient permis de confirmer leurs achats d'espace publicitaire. 

Même après avoir accepté de payer 40 millions de dollars pour le règlement, Facebook maintient que les poursuites sont sans fondement. La compagnie de Mark Zuckerberg avait indiqué avoir corrigé le bug peu de temps après sa découverte.  

Facebook tente donc de faire oublier la polémique des audiences vidéo gonflées. 

Hollywood Reporter

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !