Exécution de Serge Ataltoui : François Hollande menace l'Indonésie de "conséquences" diplomatiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Exécution de Serge Ataltoui : François Hollande menace l'Indonésie de "conséquences" diplomatiques
©Reuters

Le ton monte

Exécution de Serge Ataltoui : François Hollande menace l'Indonésie de "conséquences" diplomatiques

Le France pourrait a minima rappeler son ambassadeur à Jakarta.

La France hausse le ton. Le président de la République a menacé samedi les autorités indonésiennes de "conséquences diplomatiques" entre la France et l'Indonésie si le pays venait à exécuter Serge Atlaoui, condamné à mort pour trafic de drogue. Le Français âgé de 51 ans est toujours en attente d'exécution après que son dernier recours devant la justice indonésienne ait été rejeté. Il a toujours nié être lié au trafic de drogue dont il est accusé.

Alors qu'il se trouve actuellement à Bakou, en Azerbaïdjan, François Hollande a déclaré que "s'il est exécuté, il y aura des conséquences avec la France et l'Europe parce qu'on ne peut pas accepter ce type d'exécutions. A tout le moins, nous rappellerons notre ambassadeur à Jakarta."

Le chef de l'Etat a précisé que Serge Atlaoui n'avait pas de passé judiciaire. "Nous comprenons que l'Indonésie veuille lutter contre le trafic de drogue mais, en l'occurrence, Serge Atlaoui a été un opérateur d'un laboratoire dont il n'imaginait pas qu'il puisse fabriquer cette marchandise.

L'Indonésie mène depuis plusieurs années une chasse impitoyable au trafic de drogue. C'est la deuxième vague d'exécutions dans ce pays depuis le  début de l'année. Plusieurs appels à la clémence de pays étrangers se sont multipliés dernièrement, notamment de la part de l'Australie, dont deux ressortissants risquent d'être fusillés dans les prochains jours. François Hollande recevra d'ailleurs ce lundi le Premier ministre australien Tony Abbott.

Pour le moment, le président indonésien Joko Widodo est resté inflexible face aux appels à la clémence.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !