Evry : Manuel Valls accusé de conflit d’intérêts par Mediapart | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mediapart accuse Manuel Valls de conflit d'intérêts
Mediapart accuse Manuel Valls de conflit d'intérêts
©Reuters

Enquête

Evry : Manuel Valls accusé de conflit d’intérêts par Mediapart

Selon le site d’informations, le ministre de l’Intérieur aurait attribué, en avril 2011, un marché public de l’agglomération d’Évry à une urbaniste qui n’est autre que son ex-compagne.

Voilà une information qui, à l’époque, n’avait pas été relevée. Et pourtant, elle aurait dû. En effet, Mediapart révèle ce vendredi que Manuel Valls, maire d'Évry à l'époque, a attribué, en avril 2011, un marché public de l'agglomération d'Évry à... son ex-compagne Sybil Cosnard. "En avril 2011, le député et maire d’Évry a attribué, en sa qualité de président de la communauté d’agglomération Évry Centre Essonne (CAECE), le marché "d’élaboration du projet de territoire" à son ex-compagne, Sybil Cosnard, urbaniste et ancienne directrice générale de l’urbanisme de la ville d’Évry", peut-on ainsi lire sur le site d’informations.

A cette même période, Sybil Cosnard a bel et bien créé (quelques mois plus tôt seulement), une société unipersonnelle, City Linked, pour répondre à l’appel d’offres lancé 2010. Pour cela, elle s’était associée avec l'architecte Roland Castro. Troublant. Mais pourquoi cette histoire ne ressort qu’aujourd’hui ? Tout simplement car l’un des candidats non retenus, à savoir Michel Cantal-Dupart, s'étonne désormais de certaines modalités de l’appel d’offres.

En effet, toujours selon Mediapart, huit jours après la commission, le 13 avril 2011, l’agglomération d’Évry Centre Essonne informe Michel Cantal-Dupart qu’il n’est arrivé que troisième. Ce qui le surprend le plus c’est qu’il n'y a pas d'entretien pour exposer les arguments des trois premiers candidats. "Normalement, nous aurions dû être dans une short list et être reçus pour exposer ce que l’on avait envie de faire. Ce n’est pas normal. Cela voulait dire que c’était ciblé, et qu’ils avaient déjà quelqu’un en tête", explique Michel Cantal-Dupart à Mediapart.

Mais le plus curieux et qui interpelle quelque peu Michel Cantal-Dupart c’est la différence de prix qui existe entre les deux projets. Celui de l’ex-compagne de Manuel Valls par le biais de la société City Linked est estimé à 450 300 euros alors que lui facturait le sien 243 700 euros. "Je ne suis pas pour le moins-disant systématique, mais 200 000 euros de plus ça se discute", note l'architecte non retenu. Etrange. D’autant plus que selon Mediapart, le compte-rendu de la commission signale que "l'offre économiquement la plus avantageuse" a été choisie, suivant un critère de pondération prenant en compte la "valeur technique".

Face à ces accusations de conflit d’intérêts, Manuel Valls et Sybil Cosnard démentent. "Il n’y avait pas de conflit d’intérêts à partir du moment où l’on est entré dans un système d’appel d’offres public, a répondu Mme Cosnard à Mediapart. De son côté le ministre de l’Intérieur répond qu'il n'a "jamais présidé aucune commission d’appel d’offres". Et d’ajouter : "Le fait de connaître tel ou tel dirigeant, de l’une ou l’autre de ces sociétés, ne peut être constitutif d’un délit de prise illégale d’intérêts".

Lu sur Mediapart

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !