Evasion de Redoine Faïd : Nicole Belloubet prévoit une réorganisation de l'administration pénitentiaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Evasion de Redoine Faïd : Nicole Belloubet prévoit une réorganisation de l'administration pénitentiaire
©GERARD JULIEN / AFP

Chaises musicales

Evasion de Redoine Faïd : Nicole Belloubet prévoit une réorganisation de l'administration pénitentiaire

Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, a dévoilé des mesures afin de réorganiser l'administration pénitentiaire. Ces annonces ont été faites lors de la présentation d'un rapport de l'inspection générale de la justice sur l'évasion de Redoine Faïd.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s'est exprimée ce lundi 30 juillet. Elle a annoncé un certain nombre de mesures et de décisions à la suite de l'évasion spectaculaire du braqueur Redoine Faïd. La garde des Sceaux effectuait ce déplacement dans le cadre de la présentation d'un rapport de l'Inspection générale de la justice sur l'évasion de ce prisonnier au profil atypique.  

Le 1er juillet dernier, Redoine Faïd s'est échappé en hélicoptère du centre pénitentiaire de Réau avec l'aide de complices. 

La garde des Sceaux a indiqué que cette évasion résultait de la "conjonction de failles de sécurité" exploitées par un "commando paramilitaire". 

Nicole Belloubet a également précisé ce lundi que l'administration pénitentiaire, "insuffisamment réactive", allait être réorganisée. 

La ministre de la Justice a annoncé qu'une quinzaine d'agents seraient désormais "affectés aux détenus particulièrements surveillés (DPS) pour les risques d'évasion". 

Nicole Belloubet souhaite à travers ces nouvelles mesures et cette réorganisation "recréer un véritable Etat-major de la sécurité". 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !