Irène fait 21 morts <!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Irène fait 21 morts
©

Ouragan

A New York, le pire a été évité. Près de trois millions de foyers sont privés d’électricité.

[Mis à jour, lundi 6h]

Au moins 21 personnes ont perdu la vie dans six états de la côte Est des Etats-Unis, dont six en Caroline du Nord, à la suite du passage de l'ouragan Irène. Alors que la ville de New York s'était préparée au pire, avec l'évacuation de 370.000 personnes, aucun décès n'est à déplorer. 62.000 personnes sont privées d'électricité dans la ville et les transports en commun ne devraient pas être assurés ce lundi. Les trois aéroports de la ville pourraient, quant à eux, rouvrir en fin de journée.

[Mis à jour, dimanche 12h]

Neuf personnes sont mortes depuis l'arrivée d'Irene sur la côte Est des Etats-Unis, dont plusieurs dans des accidents de la route causés par des chutes de branches ou d'objets. L'ouragan est passé sur la Caroline du Nord où les dégâts pourraient être un peu moins dramatiques que ceux à quoi certains s'attendaient. Plusieurs millions de foyers sont privés d'électricité dont un million en Virginie. L'ouragan continue sa route vers New York où la ville tourne au ralenti. La tempête tropicale qui a perdu de sa force pourrait ne plus être que de catégorie 1 en arrivant sur la métropole aujourd'hui. Assez cependant pour causer inondations et dégâts.

[Mis à jour 19h00]

L'ouragan Irene fait ses premières victimes. Deux hommes sont morts vendredi. Tom Mather, un responsable des services d'urgence de la Caroline du Nord, explique dans quelles circonstances les riverains ont perdu la vie. Selon lui, l'une des victimes aurait été foudroyé par une crise cardiaque " dans le comté d'Onslow alors qu'il installait des planches de bois sur ses fenêtres " afin de calfeutrer sa maison. La seconde victime est décédée dans le comté de Pitt, en tentant de prendre le volant. La voiture aurait dérapé sur la chaussée détrempée et aurait percuté un arbre, indique le responsable. 

Bien que Irene ait été rétrogradée en catégorie 1, les autorités multiplient les appels à la prudence. Lors d'une conférence de presse, la secrétaire à la Sécurité intérieure, Janet Napolitano, a à nouveau insister sur la dangerosité de l'ouragan. «Les gens doivent le prendre au sérieux, ils doivent être préparés».

[Mis à jour 18h00]

Irène s'abat de toute ses forces sur la Caroline du Nord. Des rafales de vent atteignant jusqu'à 140km / heures ont provoqué des dégâts considérables. Destruction de câbles électriques, chutes d'arbres, très fortes précipitations et d'importantes inondations sont le lot de nombreuses agglomérations de cet État. 

Selon le porte-parole de l'opérateur Progress Energy, près de 200 000 foyers de la côte Sud de Caroline du Nord sont désormais privés d'électricité.

L'ouragan devrait par la suite se diriger vers Washington, New York et Boston. 

[Mis à jour 13h50]

L'ouragan Irène a atteint ce matin à 8 heures ( 14 heures de Paris) les côtes de la Caroline du Nord, près de Lookout, et devrait frappé New York ce dimanche.  

Bien que la tempête ait été rétrogradée en catégorie 1 (sur une échelle allant de 1 à 5) ce matin, par le Centre national des ouragans de Miami (NHC), les autorités en appelle à une grande prudence face à des rafales de vent atteignant jusqu'à 150km / heure.

Le Centre précise que l'ouragan est toujours dangereux. «Les risques restent les mêmes. Ce qui compte, c'est la taille et la durée de la tempête, pas tant la vitesse des vents». Une nuance importante pour une population qui garde un souvenir douloureux de la catastrophe Katrina qui avait dévasté la Louisiane en 2005. Irène, moins puissant que Katrina (ouragan de catégorie 4 avec des vents de 200km / heure à son arrivée sur les terres) est toutefois aussi large. La menace reste donc réelle. 

Mieux vaut jouer la prudence, face au déchaînement de la nature. A l'approche de l'ouragan Irène, le maire de la ville de New-York, Michael Bloomberg, a ordonné l'évacuation des quartiers les plus exposés. Près de 370 000 personnes sont concernées par cette évacuation, une première selon le New York Times.

L'ouragan qui devrait atteindre la côte Est des États-Unis ce weekend, menace particulièrement les zones côtières telles que les quartier de Battery Park, au sud de Manhattan,  Staten Island, ainsi que Coney Island et Manhattan Beach à Brooklyn, Far Rockaway et Broad Channel dans le Queens. 

Les habitants des autres quartiers sont vivement invités à se cloîtrer chez eux pendant 24 heures, à compter de samedi. L'armée est mobilisée pour faciliter les évacuations tandis que des milliers de New-Yorkais se sont rués sur les stock de vivres et les équipements de survie, en prévision des prochains jours de chaos. 

Bien que les autorités ne soient pas parvenues à prédire avec certitude l'intensité du cyclone, elles redoutent néanmoins des destructions considérables sur une zone densément peuplée, plus de 1000 km entre la Caroline du Nord et le Massachusetts. Quant aux compagnies aériennes américaines et étrangères dont Air France, nombreuses sont celles qui ont annulé les vols prévus ce weekend, à destination de la côté Est. Les principaux aéroports seront fermés aux vols intérieurs et internationaux à partir de samedi midi (16 h GMT).

Le président Barack Obama ne cache pas son inquiétude. Selon lui, " tout indique qu'Irène sera un ouragan historique." Actuellement en congés sur l'île de Martha's Vineyard sur la côte Est, le président s'attend au pire. Il devrait écourter ses vacances.

Lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !