Européennes 2014 : Marine Le Pen refuse le débat avec Martin Schulz, France 2 cède | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Européennes 2014 : Marine Le Pen refuse le débat avec Martin Schulz, France 2 cède
©

Toute puissante ?

Européennes 2014 : Marine Le Pen refuse le débat avec Martin Schulz, France 2 cède

Le président du parlement européen et candidat socialiste au poste de président de la Commission, devait à l'origine être le contradicteur de la patronne du Front national dans l'émission Des paroles et des actes de ce jeudi.

Marine Le Pen est tenace. Selon Libération, la patronne de Front national aurait obtenu de ne pas avoir Martin Schulz, président du parlement européen et candidat socialiste au poste de président de la Commission, comme contradicteur dans l'émission Des paroles et des actes, diffusée ce jeudi soir. "Si elle ne choisit pas les journalistes qui l'interrogent, elle a le droit, comme tout le monde, de choisir son contradicteur", a justifié Gilles Bornstein, rédacteur en chef de l'émission. "Elle n'a pas souhaité débattre avec Martin Schulz. Il est logique que les invités aient un droit de regard, il est logique qu'on demande aux invités. Ce n'est pas la particularité de Marine Le Pen, a-t-il également expliqué au Lab. Elle ne veut pas débattre avec un interlocuteur étranger." 

Du côté du FN, on évoque bien les enjeux nationaux du scrutin, sans toutefois confirmer un refus de la part de la présidente, candidate à réélection dans la circonscription Nord-Ouest. "Elle n'est pas en concurrence avec Martin Schulz mais avec des listes françaises : ce sont des élections françaises", a expliqué à l'AFP un membre de son entourage. Elle débattra donc avec Alain Lamassoure, tête de liste UMP en Île-de-France et député européen depuis 1989. 

"Menacer de ne pas inviter Le Pen serait un bon moyen de l'obliger à l'accepter (on n'en est plus au stade de la victimisation)", regrette pour sa part Jean Quatremer, le journaliste de Libération qui a révélé l'information. Pour rappel, lors de la campagne présidentielle 2012, Marine Le Pen avait été opposée au candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon lors d'un débat houleux. Elle avait ensuite accusé France 2 d'avoir maintenu ce duel malgré son refus répété, évoquant un "débat pour logique commerciale". 

Selon le dernier sondage TNS-Sofres, le FN est crédité de 24% d'intention de vote au niveau national, un point seulement derrière l'UMP, pour ces élections européennes, et cinq devant le PS. 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !