Sommes-nous en train de devenir Japonais ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sommes-nous en train de devenir Japonais ?
©

Dette

Sommes-nous en train de devenir Japonais ?

La crise montre une inquiétante absence de courage politique aux USA et en Europe, d'après l'hebdomadaire The Economist.

La crédibilité d'un gouvernement est fondée sur sa capacité à honorer ses dettes rappelait, avant la panique boursière de ces derniers jours, l'hebdomadaire The Economist. Mais quelle que soit la gravité de la crise, les dirigeants occidentaux n'osent pas prendre les mesures qui s'imposent, et ne font que reculer l'échéance, à l'image de la classe politique japonaise il y a deux décennies.

Les responsables politiques occidentaux, aussi bien en Europe qu'aux USA ne sont pas décidés à imposer de vraies mesures difficiles et impopulaires, tout le monde le sait, des banques aux électeurs. On l'a vu avec les demi-mesures de sauvetage de la Grèce annoncées le 21 juillet dernier, qui ont pourtant été accueillies avec soulagement.

Même si la phase aigue de la crise semble passée, les vrais problèmes et les dangers qui les accompagnent demeurent. Les politiques n'osent pas s'y attaquer de front estime The Economist qui ajoute que le monde a déjà connu ce genre de situation : au Japon il y a vingt ans.

Lorsque la bulle spéculative a éclaté, des années de paralysie politique ont fait plus de dégats au Japon que tous les excès des années 80. Rapportée au Produit National Brut, la dette du Japon est la plus importante du monde, deux fois celle des Etats Unis, près de deux fois celle de l'Italie. 

Bien que dans les deux cas, le problème soit la dette, les origines de la crise en Europe et aux USA sont différentes. La crise de l'Euro a été provoquée par l'inquiétude des investisseurs sur la solvabilité de certains pays européens. Par contre, la récente crise américaine est due à un affrontement politique. Relever sans attendre le plafond de la dette aurait été relativement simple, mais les élus républicains, ont décidé d'exploiter à fond la situation, en l'utilisant pour combattre Obama.

L'opposition américaine, à l'image du mouvement Tea-Party vit dans le déni, dans la fiction, en répétant qu'il est possible de réduire la dette sans augmenter les impôts.

Sur les deux rives de l'Atlantique, il y a un refus de voir la réalité en face. Les leaders européens, emmenés par Angela Merkel, ont mis longtemps à accepter d'aider la Grèce, mais pas au point de la mettre vraiment en position de se sortir d'affaire. il faudra sans doute une nouvelle intervention. Comme au Japon, ils n'ont pas fait de réforme structurelle.

Les hommes politiques japonais ont tardé à réagir, à changer de cap. Et plus ils ont attendu, plus la situation s'est dégradée, et plus c'est devenu difficile. Leurs collègues occidentaux devraient avoir cet exemple en mémoire..

Lu dans The Economist

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !