États-Unis : panique chez les Républicains à mesure que la campagne de Trump s'effondre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
États-Unis : panique chez les Républicains à mesure que la campagne de Trump s'effondre
©Reuters

Très mauvaise passe

États-Unis : panique chez les Républicains à mesure que la campagne de Trump s'effondre

Après ses propos sexistes, le candidat voit ses soutiens se désengager. À commencer par son parti.

Un mois à tenir, seul ou presque. La campagne de Donald Trump prend des airs de débâcle. Dernier épisode en date, et pas des moindres : Le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan ne fera pas campagne pour le candidat. Et ce n'est pas le premier à tourner les talons au Grand Old Party. Désormais, l'unité de façade vient d'éclater et pour beaucoup d'élus, cette élection n'est plus une priorité. "Maintenant, c'est chacun pour soi" traduit l'ancien sénateur Judd Gregg au Washington Post.

La priorité, c'est de conserver le Sénat pour rendre la tâche plus complexe à Hillary Clinton, si celle-ci devenait présidente. "Tout ce que vous avez à faire, c’est de faire de votre mieux dans votre circonscription" a expliqué Paul Ryan à ses élus, promettant de faire campagne tout le mois d'octobre sur le plan local uniquement. Interrogés par le Washington Post, de nombreux Républicains se trouvent dans une situation complexe, pris en étau entre les fervent partisans de Trump et les plus modérés qui ne veulent plus en entendre parler.

Si l'élection n'est pas encore enterrée, les derniers sondages donnent 11 points d'avance à Hilary Clinton et refaire son retard semble compliqué pour Donald Trump qui ne dispose que d'un mois et très peu d'élus derrière lui. 

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !