Etats-Unis : nouvelle intrusion dans les jardins de la Maison Blanche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'homme, qui ne portait sur lui aucune arme, s'est battu avec deux chiens de garde lancés à sa poursuite.
L'homme, qui ne portait sur lui aucune arme, s'est battu avec deux chiens de garde lancés à sa poursuite.
©

Passoire

Etats-Unis : nouvelle intrusion dans les jardins de la Maison Blanche

Intercepté avant de pouvoir pénétrer dans le bâtiment, l'homme de 23 ans a été inculpé pour pour "agressions sur des chiens du Secret Service et menaces".

Déjà deux fois en un mois. Un homme est parvenu mercredi à déjouer l'attention du Secret Service pour pénétrer dans les jardins de la Maison Blanche, après avoir escaladé la grille d'entrée. 

Dominic Adesanya, âgé de 23 ans, a été intercepté avant de pouvoir rentrer dans le bâtiment. L'homme, qui ne portait sur lui aucune arme, s'est tout de même battu avec deux chiens de garde lancés à sa poursuite. Il a été inculpé mercredi 22 octobre pour "agressions sur des chiens du Secret Service et menaces".

Il y un mois, Omar Gonzales, un ex-militaire âgé de 42 ans, était quant à lui parvenu à rentrer dans la Maison Blanche par la porte principale après avoir facilement parcouru plusieurs dizaines de mètres sur la pelouse.

L'homme armé d'un couteau avait finalement été intercepté non-loin des appartements personnels de Barack Obama. La directrice du Secret Service avait alors été contrainte de quitter ses fonctions.

Ces récentes intrusions rappellent un épisode qui avait déjà mis en alerte le service de sécurité de la Maison Blanche le 11 novembre 2011. Un homme posté dans une voiture garée à 700 mètres avait tiré plusieurs coups de feu sur le bâtiment. Identifié quelques jours plus tard, le tireur (Oscar Ortega-Hernandez), avait été condamné à 25 ans de prison pour tentative d'assassinat sur la personne du président. 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !