Etats-Unis : le pape François accueilli par Barack Obama pour une visite historique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : le pape François accueilli par Barack Obama pour une visite historique
©REUTERS/Kevin Lamarque

Très attendu

Etats-Unis : le pape François accueilli par Barack Obama pour une visite historique

Le souverain pontife a été accueilli par le président, son épouse et ses filles, ainsi que par le vice-président Joe Biden.

Telle un rock star ou presque. Le pape François a a été accueilli aux Etats-Unis par le président Barack Obama, son épouse Michelle et ses deux filles. La famille présidentiel s'est spécialement déplacée pour l'accueillir sur la base militaire Andrews Air Force de Washington, un fait rare. Étaient également présents le vice-président (catholique) Joe Biden et son épouse, Jill Biden.

François effectue aux États-Unis une visite historique de 6 jours, où il se rendra à New York, Washington et Philadelphie. Il prononcera notamment un discours au Congrès ce jeudi, puis vendredi à l'Assemblée générale des Nations-Unis.

Parmi les sujets évoqués figurent des thèmes potentiellement explosifs comme le l’accueil des immigrés, l'environnement, la décroissance, et une critique des responsabilités des grandes puissances dans ce qu'il appelle "la Troisième guerre mondiale par morceaux."

Mais si le pape a été très chaleureusement accueilli, son voyage ne sera pas pour autant de tout repos. Le radicalisme social du souverain pontife fait grincer des dents dans les milieux conservateurs et libéraux. En outre, François est arrivé aux États-Unis en provenance de ... Cuba, où il a soigneusement évité de critiquer le pouvoir en place.

Dès son arrivée, il a d'ailleurs souligné espérer que Washington lèvera l’embargo économique qui pèse sur l’île communiste, précisant toutefois qu’il ne soulèverait pas cette question dans l’allocution qu’il prononcera jeudi au Congrès. Mais il n'en fallait pas plus pour certains pour voir le souverain pontife comme un marxiste déguisé. Les relations entre la papauté et les États-Unis ont d'ailleurs toujours été compliquées. Jean-Paul II notamment avait vertement critiqué la guerre du Golfe en Irak.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !