Etats-Unis : la principale agence de santé publique n'a plus le droit d'utiliser les mots "fœtus", "transgenre" ou "basé sur la science" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : la principale agence de santé publique n'a plus le droit d'utiliser les mots "fœtus", "transgenre" ou "basé sur la science"
©Reuters

Idéologie

Etats-Unis : la principale agence de santé publique n'a plus le droit d'utiliser les mots "fœtus", "transgenre" ou "basé sur la science"

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont reçu, de la part de l'administration Trump, une liste de mots interdits.

Le Washington Post révèle ce vendredi que l'administration de Donald Trump a adressé aux responsables des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), qui composent la principale agence de santé publique du pays, une liste de mots qu'ils n'auront plus le droit d'utiliser dans leurs documents officiels visant à préparer le budget pour 2019.

Les analystes et cadres des CDC ont reçu l'ordre, jeudi lors d'une réunion de trouver des alternatives aux termes jugés problématiques : "vulnérable", "droit", divesité", "transgenre", "foetus", "basé sur des preuves" et "basé sur la science". 

Comme alternative à "basé sur la science" et "basé sur des preuves", le CDC a proposé la périphrase suivante : "basé sur la science, en considération avec les normes de la société et ses souhaits". D'autres termes ne se sont toujours pas vus attribuer de substitut. 

Lors de cette réunion, la perplexité (c'est un euphémisme) des responsables du CDC a été importante. "Vous êtes sérieux ? C'est une blague" ont demandé les cadres des CDC à Alison Kelly, responsable des services financiers de l'agence de santé. Celle-ci a répondu qu'elle ne faisait que relayer la demande de l'administration. "Dans mon expérience, on ne s'est jamais vu imposer un tel recul idéologique", a déploré un analyste auprès du Washington Post, qui précise que certains analystes de ces centres utilisent couramment ces mots, notamment ceux travaillant sur les maladies sexuellement transmissibles ou sur le virus Zika (qui se transmet... aux foetus).

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !