Etats-Unis : 10 morts après une nouvelle tuerie dans une université | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les Etats-Unis sont régulièrement le théâtre de fusillades comme à Garland, au Texas.
Les Etats-Unis sont régulièrement le théâtre de fusillades comme à Garland, au Texas.
©Reuters

Drame

Etats-Unis : 10 morts après une nouvelle tuerie dans une université

Le tireur a été abattu après avoir ouvert le feu dans l'enceinte de l'Umpqua Community College, situé à Roseburg, à 300 km environ au sud de Portland.

Barack Obama est en colère, manifestement exaspéré. Une fois de plus, il vient dénoncer lors d'une nouvelle conférence de presse la libre circulation des armes dans son pays, que les élus américains refusent de remettre en cause. Pourtant les drames se succèdent. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un homme a ainsi tué au moins 10 personnes et en a blessé 7 autres dans une université américaine, selon CNN.



Le tireur est mort lui aussi sur les lieux de son massacre, l'Umpqua Community College, à 300 km au sud de Portland, mais rien n'indique, pour le moment s'il a été abattu par la police ou s'il s'est suicidé. Son identité n'a pas été révélé. "Je ne lui donnerai pas la célébrité qu'il attendait" a lâché le shérif de la ville mais plusieurs sources évoquent Chris Harper Mercer, un jeune homme de 26 ans qui n'étudiait pas dans cette université.

Lourdement armé, le tireur est entré dans une salle et ouvert le feu. "Il a tiré sur le professeur qui s'est effondré" raconte le père d'une étudiante blessée. "Puis, il a demandé à chacun, un par un, quelle était sa religion," explique-t-il sur CNN. Selon lui, si la personne était chrétienne, il la faisait se lever et la tuait immédiatement.

Ces événements ne devraient pourtant pas modifier la loi américaine sur la détention d'armes, malgré les tueries régulières. En août dernier, deux journalistes avaient été abattus en direct à la télévision.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !