Etat islamique : un rapport explique que les djihadistes ont eu leurs armes grâce à des "transferts irresponsables effectués vers l'Irak" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : un rapport explique que les djihadistes ont eu leurs armes grâce à des "transferts irresponsables effectués vers l'Irak"
©Reuters

Décortiqué

Etat islamique : un rapport explique que les djihadistes ont eu leurs armes grâce à des "transferts irresponsables effectués vers l'Irak"

Amnesty International est l'auteur de ce rapport publié ce mardi.

La question est souvent posée : comment l'Etat islamique parvient-il à obtenir toutes ces armes ? Un rapport publié par Amnesty International réponde ce mardi à cette interrogations. Pour elle, les transferts irresponsables d'armes effectués vers l'Irak sont à l'origine du redoutable arsenal utilisé par le groupe de djihadistes. "L'armement immense et varié qu'utilise le groupe armé illustre combien le commerce irresponsable des armes alimente les atrocités à grande échelle" explique Patrick Wilcken, chercheur pour Amnesty.

"Une mauvaise règlementation couplée à une absence de surveillance des énormes flux d'armes en Irak depuis plusieurs décennies ont été une aubaine pour l'EI et d'autres groupes armés, qui ont eu un accès sans précédent à la puissance de feu" lance-t-il également mettant en cause les armes fabriquées à l'étranger que l'EI a saisies en s'emparant de la ville de Mossoul en juin 2014.

Pour AI, l'Etat islamique s'est emparé de "plus de 100 véhicules de combat blindés, y compris des chars". "L'EI distribue les armes saisies sur différents fronts : des armes saisies à Mossoul ont ainsi été utilisées deux semaines plus tard à 500 km de là, dans le nord de la Syrie". L'EI utilise des armes et munitions provenant d'au moins 25 pays. La Russie serait le principal. Les stocks d'armes de l'armée irakienne ont gonflé durant la guerre Iran-Irak (1980-1988), le rapport décrivant cet événement comme "un moment majeur pour le développement du marché global d'armes modernes".

Amnesty souligne que les pays exportateurs -- y compris les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU -- étaient bien conscients des risques du tranfert d'armes en Irak. "Les conséquences des transferts irresponsables d'armes en Irak et en Syrie et leur saisie par l'EI doivent être un signal d'alarme pour les exportateurs d'armes à travers le monde" analyse-t-il enfin.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !