État islamique : un homme décapité, accusé de "sorcellerie" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
État islamique : un homme décapité, accusé de "sorcellerie"
©

Barbare

État islamique : un homme décapité, accusé de "sorcellerie"

Il y a quelques jours, un homme avait été jeté du haut d'une tour et lapidé par l'Etat islamique, qui l'accusait d'entretenir une "relation homosexuelle."

Imposer sa loi en semant la terreur. Voilà le credo de l'Etat islamique, qui a procédé à une nouvelle exécution, près de Raqqa, en Syrie. Cette fois, c'est un homme âgé qui a été décapité, devant une foule venue assister à l'exécution. L'Etat islamique accusait cet homme de "sorcellerie", selon le Daily Mail.

L'identité de l'homme, qui porte une longue barbe grise, n'est pas connue. Il a été photographié au moment de sa mise à mort par un combattant de l'Etat islamique masqué, dans un village proche de Raqqa, la ville dont l'Etat islamique a fait sa capitale. La victime a été accuée de "sorcellerie" et "d'invoquer la magie", mais on ne connait pas les motifs exacts de ces accusations.

Les images montrent l'homme âgé conduit sur le lieu de l'exécution par des combattants armés de kalachnikovs. L'un d'eux semble être mineur. Autour d'eux, d'autres combattants exhibent des fusils d'assaut. D'autres images montrent un responsable religieux lire les charges à l'encontre de la victime. Une photographie le montre agenouillé sur le sol, les bras attachés derrière le dos, la tête sur un billot, et une hache à quelques centimètres de sa nuque.

Cette nouvelle exécution intervient alors qu'il y a quelques jours, un homme a été jeté du haut d'une tour de Raqqa, puis lapidé par des combattants de l'Etat islamique qui l'accusaient d'avoir une "relation homosexuelle." L'Etat Islamique multiplie les actes de barbarie sur le territoire qu'il contrôle, à cheval entre la Syrie et l'Irak, au nom d'une interprétation rigoristes de la charia.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !