Etat islamique : un djihadiste français repenti livre son témoignage glaçant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Un jeune de 14 ans égorgé au prétexte qu'il avait arrêté la prière est resté plusieurs semaines dans la rue" raconte-t-il.
"Un jeune de 14 ans égorgé au prétexte qu'il avait arrêté la prière est resté plusieurs semaines dans la rue" raconte-t-il.
©Reuters

Confessions

Etat islamique : un djihadiste français repenti livre son témoignage glaçant

Dès son retour de Syrie en mars 2015, l'homme s'est rendu dans un commissariat où il a raconté aux enquêteurs les rouages de l'organisation terroriste à travers de nombreux détails.

Le journal Le Parisien publie ce lundi les confessions d'un djihadiste français repenti, qui a regagné l'hexagone en mars 2015 après avoir rejoint l'Etat islamique en Syrie. L'homme raconte des scènes de barbaries parfois insoutenables comme l'égorgement d'un adolescent de 14 ans. 

Appelé "Ali" par la rédaction du Parisien (qui a changé son prénom), cet ex-djihadiste s'est tourné vers l'islam radical lors de son incarcération à la prison de Fleury-Mérogis. A l'instar de nombreux jeunes français qui choisissent le djihad, c'est dans le milieu carcéral qu'il a développé le projet de mener sa "guerre sainte". 

Dès son retour de Syrie en mars 2015, Ali s'est rendu dans un commissariat où il a raconté aux enquêteurs les rouages de l'organisation terroriste à travers de nombreux détails. Selon Le Parisien, la police juge toutefois certaines de ses déclarations incohérentes. Ali explique tout d'abord son transit sans difficulté par la Turquie avant de rejoindre la Syrie. Après avoir subi un interrogatoire approfondi par les "services secrets de l'Etat islamique" près de Raqqa, Ali a été déclaré "clean".

"Nous étions réveillés par l'émir à coups de kalash (…) Trente minutes de footing puis des étirements" raconte-t-il, se souvenant du camp d'entrainement des nouvelles recrues où il a côtoyé 200 personnes, et suivi des cours religieux sur le combat contre les "mécréants" en occident. Après avoir prêté allégeance à l'Etat islamique, Ali a été formé à l'utilisation d'armes de guerre et à des techniques de combat. 

"Un jeune de 14 ans égorgé au prétexte qu'il avait arrêté la prière est resté plusieurs semaines dans la rue" raconte-t-il également. L'homme affirme avoir décidé de quitter la Syrie après la décapitation d'un vieil homme accusé de sorcellerie. "Je n'étais pas avec des musulmans, un musulman ne pouvant pas commettre de telles atrocités" a-t-il déclaré aux policiers. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !