Etat islamique : un des assaillants de l'attaque au Texas était en contact avec un recruteur de l'organisation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : un des assaillants de l'attaque au Texas était en contact avec un recruteur de l'organisation
©Reuters

Toile

Etat islamique : un des assaillants de l'attaque au Texas était en contact avec un recruteur de l'organisation

Sous le nom de "Miski" sur les réseaux sociaux, Mohammed Hassan, un Américain qui a rejoint l'EI, avait parlé sur Twitter avec Elton Simpson, l'un des deux attaquants tués dimanche à Garland.

L'enquête se poursuit à Garland au Taxas après l'attaque visant un concours de caricatures de Mahomet. Les policiers fouillent dans le passé des deux assaillants qui ont été tué dimanche. Et celui d'Elton Simpson les intéresse particulièrement. Le terroriste aurait des liens étroits avec Mohammed Hassan, un Américain qui a rejoint l'Etat islamique et qui serait en fait un recruteur de l'organisation terroriste. Selon l'expert David Ibsen, directeur du Counter Extremism Project, le recruteur, connu sur les réseaux sociaux sous le nom de "Miski", "a parlé en ligne de Charlie Hebdo et dit que les gens devaient faire la même chose en Amérique".

Selon la chaîne ABC News, Simpson avait écrit sur Twitter : "Quand finiront-ils par comprendre ?" "Miski" avait répondu : "Nos frères de Charlie Hebdo ont fait leur part, il est temps que des frères aux #US fassent leur part". "Un seul individu peut mettre tout un pays à genoux" avait ajouté le recruteur de l'EI.

"Nous savons que le FBI s'intéressait à Miski" a expliqué le patron du Counter Extremism Project. "C'est sur le terrain de la propagande et du recrutement en ligne qu'il est devenu l'un des recruteurs les plus performants", a-t-il ajouté. Mohammed Hassan est d'origine somalienne. En 2008, il avait rejoint la Syrie. Depuis, les autorités pensent qu'il est en Somalie. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !