Etat islamique : "les gays sont traqués et tués tout le temps (...) Ils les chassent un par un" dit un témoin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : "les gays sont traqués et tués tout le temps (...) Ils les chassent un par un" dit un témoin
©Reuters

Glaçant

Etat islamique : "les gays sont traqués et tués tout le temps (...) Ils les chassent un par un" dit un témoin

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont entendu les témoignages horribles des persécutions subies par des homosexuels irakiens et syriens.

"Les militants de l'EI traquent les gays de façon professionnelle. Dans l'Etat islamique, les gays sont traqués et tués tout le temps (...) Ils les chassent un par un". Les déclarations sont glaçantes. Elles viennent de témoignages de personnes qui ont pu fuir ces persécutions. Entendus mardi par des membres du Conseil de sécurité de l'ONU, des homosexuels irakiens et syriens ont décrit l'horreur lors de la première réunion jamais consacrée aux droits des gays.

"Les homosexuels sont jetés des toits et lapidés par des foules en liesse qui réagissent, y compris les enfants, comme s'ils étaient à un mariage" a témoigné Subhi Nahas, originaire d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, région dévastée par la guerre. Un Irakien, qui s'exprimait par téléphone depuis un lieu tenu secret au Proche-Orient, a lui aussi expliqué comment se passe cette "chasse aux gays".

"Quand ils capturent quelqu'un, ils inspectent son téléphone, ses contacts et ses amis sur Facebook. Il vous brutalise, vous torture avant de vous tuer dans la majorité des cas" a encore raconté l'homme. Les combattants de l'EI ont revendiqué au moins 30 exécutions pour "sodomie", a indiqué Jessica Stern, directrice de la Commission internationale des droits des gays et lesbiennes, aux participants à la réunion qui se déroulait à huis clos. Le groupe jihadiste a diffusé au moins sept vidéos ou photos en ligne montrant des exécutions de personnes qu'ils accusent d'être homosexuelles depuis juillet 2014. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté en juillet que des combattants de l'EI avaient jeté deux hommes qu'ils accusaient d'être homosexuels du haut d'un immeuble à Palmyre, en Syrie, avant de les lapider.

"Être gay signifie la mort et lorsque l'EI tue des homosexuels, la plupart des gens sont contents parce qu'ils pensent que nous sommes démoniaques, et l'EI tire parti de cela", a conclu Subhi Nahas qui a appelé devant le Conseil les gouvernements à accueillir ces victimes "pour qu'elles puissent à nouveau connaître la sécurité".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !