Etat islamique : le groupe terroriste contrôlerait au moins 90 000 comptes Twitter pour sa propagande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
la guerre passe aussi par internet
la guerre passe aussi par internet
©Reuters

Cyberwar

Etat islamique : le groupe terroriste contrôlerait au moins 90 000 comptes Twitter pour sa propagande

Un rapport américain affirme qu'il en créé de nouveau à chaque fois un compte est supprimé.

La guerre contre l'Etat islamique est aussi une guerre virtuelle. Et paradoxalement, le groupe terroriste utilise à  son avantage les réseaux sociaux américains. Un rapport du think tank Brookings Institute affirme que Daesh contrôlerait au moins 90 000 comptes sur Twitter pour inonder le web de messages propagandistes.

Dans les faits, le moindre compte suspect supprimé est immédiatement remplacé par un nouveau. Mais ce qui pose problème, selon le rapport, c'est le manque de volonté des acteurs du numérique. "Bien que nous ne croyons pas que les médias sociaux souhaitent voir leurs services utilisés à des fins d'actes de violence, nous soupçonnons néanmoins certains de préférer ne pas être dérangés par le défi que représente une réponse globale et cohérente à la question", expliquent les auteurs, JM Berger et Jonathan Morgan.

Et le rapport d'enfoncer le clou. "Nous ne connaissons aucune grande entreprise qui adopte une telle approche de non-intervention face à l'utilisation de sa plate-forme pour promouvoir la pornographie juvénile ou la traite des êtres humains par exemple".

Selon les auteurs, les réseaux sociaux doivent désormais travailler avec les gouvernements pour trouver une solution adaptée. Sur les 90 000 comptes repérés, très peu étaient géo-localisables. Mais ceux qui l'étaient renvoyaient au Moyen-Orient ou en Afrique du nord. Mais aussi, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni…

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !