Etat islamique : la France a mené des frappes aériennes contre un centre pétrolier du groupe terroriste en Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ces frappes aériennes ont été menées dimanche 8 novembre non loin de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie.
Ces frappes aériennes ont été menées dimanche 8 novembre non loin de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie.
©Reuters

Intervention

Etat islamique : la France a mené des frappes aériennes contre un centre pétrolier du groupe terroriste en Syrie

La France a réalisé ses premières frappes aériennes contre l'Etat islamique en Syrie au mois de septembre 2015, assurant agir en état de légitime défense.

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé ce lundi que de nouvelles frappes ont été menées contre l'Etat islamique en Syrie, notamment sur centre d'approvisionnement pétrolier du groupe terroriste. L'armée française a conduit ces frappes aériennes dimanche 8 novembre non loin de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie.

"En Syie nous sommes intervenus (...) hier soir par une frappe sur un point de délivrance pétrolier aux environs de Deir Ezzor à la frontière entre l'Irak et la Syrie" a déclaré aujourd'hui Jean-Yves Le Drian à l'occasion d'un point de presse organisé pour le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

La France a réalisé ses premières frappes aériennes contre l'Etat islamique en Syrie au mois de septembre 2015, assurant agir en état de légitime défense en raison de la menace d'attentats dans l'hexagone et dans le cadre de l'article 51 de la charte des Nations unies.

A ce jour, seulement deux frappes aériennes contre des camps d'entrainement de l’Etat islamique ont été officiellement menées par l’armée française en Syrie.

 

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !