Espionnage : le FBI peut déclencher votre webcam à distance à votre insu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Espionnage : le FBI peut déclencher votre webcam à distance à votre insu
©

Big brother is watching you

Espionnage : le FBI peut déclencher votre webcam à distance à votre insu

Un ancien responsable de la division des opérations technologiques du bureau fédéral a donné cette information samedi dans le Washington Post.

L'intrusion à grande échelle ne fait que commencer. Après le scandale des écoutes de la NSA, une autre polémique pourrait prochainement naître. En effet, selon des informations du Washington Post relayées par France TV info, le FBI et son équipe de hackers peuvent déclencher à distance les caméras intégrées de n'importe quel ordinateur. Et cela, évidemment, sans demander l'autorisation. Mais le pire, c'est qu'ils arrivent à la faire "sans même allumer le petit voyant qui indique l'état de marche". C'est en tout cas ce qu'assure Marcus Thomas, un ancien directeur adjoint du bureau, notamment en charge des opérations technologiques.

Si la méthode est "principalement utilisée dans la lutte contre le terrorisme et dans les enquêtes criminelles les plus graves", elle a aussi servie dans d'autres enquêtes. D'autant plus choquant que, comme l'indique le quotidien américain, elle s'ajoute à un arsenal de techniques pour suivre les déplacements de personnes suspectées de planifier des attentats. Mais dans certains cas, le Washington Post assure que la justice américaine interdit toutefois au FBI d'utiliser cette technologie jugée "extrêmement intrusive" et qui risque de "capturer accidentellement des informations sur des personnes qui ne sont suspectées d'aucun crimes". Ainsi, au mois d'avril, un magistrat fédéral du Texas a refusé de signer un mandat parce que l'emplacement d'un individu, soupçonné de fraude bancaire, n'a pas pu être déterminé. Mais le FBI tenterait de passer outre et agirait dans le plus grand secret. 

Une situation d'autant plus polémique que l'activation d'une webcam, à distance et sans autorisation, pourrait constituer une infraction au quatrième amendement de la constitution américaine, qui protège les citoyens contre les perquisitions et saisies non motivées et requiert un mandat et une justification pour toute perquisition. Ce n'est donc que le début du scandale.

lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !