Espagne : les socialistes décident de laisser le conservateur Mariano Rajoy gouverner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Espagne : les socialistes décident de laisser le conservateur Mariano Rajoy gouverner
©Andrea Comas / Reuters

Paralysie

Espagne : les socialistes décident de laisser le conservateur Mariano Rajoy gouverner

Le conservateur Mariano Rajoy devrait pouvoir former un gouvernement minoritaire, ce qui permettra de sortir d'une paralysie politique longue de dix mois.

La situation se débloque en Espagne, après 10 mois de crise politique. Le Parti socialiste d'Espagne a finalement décidé ce dimanche de laisser le conservateur Mariano Rajoy former un nouveau gouvernement. 

Les délégués du comité fédéral du PSOE, réuni à Madrid, ont pris cette décision à une large majorité (139 contre 96). Elle permettra à Mariano Rajoy, au pouvoir depuis la fin de 2011, de former un gouvernement minoritaire et évitera ainsi aux Espagnols de retourner aux urnes pour la troisième fois en un an. En perte de vitesse, le Parti socialiste risquait une nouvelle déroute si ce scrutin avait eu lieu, et aurait même pu voir le parti d'extrême gauche Podemos lui passer devant. Lors des deux dernières élections législatives, le Parti populaire est arrivé en tête sans obtenir la majorité absolue, et Rajoy n'avait donc pas réussi à former de coalition gouvernementale. 

Les 24 et 25 octobre, le roi Felipe VI convoquera les chefs de file des divers partis pour les sonder sur la possible tenue d’un nouveau débat d’investiture. M. Rajoy sera alors reconduit à la tête du gouvernement espagnol.

Reste que le gouvernement, qui expédie les affaires courantes depuis 300 jours, sera faible, appuyé par 137 députés sur 350. Il devra pourtant guider le pays à la sortie d'une crise économique dévastatrice, avec un taux de chômage de 20%. "Si je veux obtenir plus d'appuis, il est logique que je doive adopter mon discours à la nouvelle situation", a déclaré Rajoy vendredi, pour montrer qu'il souhaite faire preuve de souplesse.

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !