Les Républicains envisagent de vendre leur siège parisien pour éponger les dettes du parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les Républicains envisagent de vendre leur siège parisien pour éponger les dettes du parti
©BERTRAND GUAY / AFP

Radical

Les Républicains envisagent de vendre leur siège parisien pour éponger les dettes du parti

D'après RTL, Laurent Wauquiez en personne va rencontrer les banques ce mois-ci pour décider de l'avenir du QG de la rue Vaugirard.

Les Républicains / parti Socialiste : même combat ? Sur le plan financier, peut-être. Alors que le parti de droite est en proie à d’importantes difficultés financières (55 millions d’euros de dettes), la question de la vente du siège parisien se pose, comme le rapporte un article de RTL. Laurent Wauquiez en personne souhaite rencontrer les banques ce mois-ci pour décider de l'avenir du QG, situé dans le coquet XVe arrondissement de la capitale.  "On ne peut pas prétendre gérer le pays si l'on n'est pas capable de gérer le parti !" aurait-il récemment lancé à ses équipes.

Toujours d’après RTL, une vente pourrait rapporter un joli pactole : l’immeuble avait été acheté 40 millions il y a six ans, et serait estimé aujourd’hui à 50 millions. Il faut dire que l’immeuble de la rue Vaugirard est plus que spacieux : 5.500 mètres carrés de bureaux répartis sur dix étages… pour 70 salariés.

Certains militants ne verraient pas d’un mauvais œil cette vente qui permettrait de se débarrasser d’un QG un brin porte-malheur. Défaite de Nicolas Sarkozy à présidentielle, conflit Copé-Fillon, affaire Bygmalion, PenelopeGate… "C'est simple, on n'y a jamais fêté une seule victoire !", déplore un permanent.

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !