En Grèce, des jeunes femmes se prostituent pour le prix d'un sandwich selon une étude universitaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En Grèce, des jeunes femmes se prostituent pour le prix d'un sandwich selon une étude universitaire
©Reuters

Misère humaine

En Grèce, des jeunes femmes se prostituent pour le prix d'un sandwich selon une étude universitaire

Dans un pays ravagé par une crise économique majeure, des milliers de très jeunes femmes tomberaient dans la prostitution pour pouvoir survivre.

Cela donne une idée de la situation actuelle du pays. Selon une récente étude conduite par des chercheurs de l'Université du panthéon à Athènes, de jeunes femmes grecques se prostitueraient aujourd'hui pour un sandwich ou une part de tarte.

L'étude s'est appuyée sur les témoignages de plus de 17.000 travailleuses du sexe du pays. Il est à noter que les femmes grecques sont devenues le "groupe dominant" de l'industrie de la prostitution locale, dépassant les femmes d'Europe de l'Est. Elles représenteraient désormais 80% du marché de la prostitution du pays.

"Ces femmes le font juste pour un sandwich, car elles ont faim", constate Gregory Laxos, un sociologue de l'Université d'Athènes." D'autres le font pour payer leur taxe ou leur drogue." 

Quand la crise économique a débuté en Grèce, le prix d'une passe était environ de 50€. Aujourd'hui, il serait aux alentours de….2€. La prostitution est légale en Grèce, mais très peu d'établissements possèdent une licence. Le pays compterait environ 18500 prostitués. Des milliers de très jeunes femmes (entre 17 et 20 ans) se lanceraient actuellement dans cette activité. Et l'optimisme ne serait pas de mise. Selon Gregory Laxos, "la tendance ne semble pas être à la baisse. On observe plutôt tune hausse constante et stable".

Lu sur The Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !