Marine Le Pen sur France 2 : "Je ne crois plus à la sincérité de Nicolas Sarkozy" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marine Le Pen sur France 2 : "Je ne crois plus à la sincérité de Nicolas Sarkozy"
©

Campagne

Marine Le Pen sur France 2 : "Je ne crois plus à la sincérité de Nicolas Sarkozy"

David Pujadas interrogeait la candidate du Front national dans le journal de France 2, avant Jean-Luc Mélenchon.

David Pujadas reçoit ce lundi les deux candidats à la présidentielle, arrivés respectivement 3e et 4e au premier tour. TF1 recevra mardi François Hollande et mercredi Nicolas Sarkozy.

20h26 : "Il n'y a pas de dissensions" entre elle et Jean-Marie Le Père, dit-elle.

"Il y aura un troisième tour, ça sera celui des législatives. Les députés ont un pouvoir." "Nicolas Sarkozy a trouvé mieux que le droit de vote des immigrés, il donne des cartes d'identité aux immigrés pour qu'ils puissent voter."

"Beaucoup de ceux qui m'ont fait confiance ne croient plus aux postures de Nicolas Sarkozy", conclu-t-elle.

20h23 : "Je n'ai rien à vendre, rien à négocier", dit-elle, répondant à une question sur une éventuelle consigne de vote. "J'ai entendu Nicolas Sarkozy dire à mes électeurs : "je vous ai entendu". Ca me rappelle le "Je vous ai compris", qui s'était mal terminé. Ca fait 5 ans qu'on est gavés de promesses. Nicolas Sarkozy, ça a été plus d'immigration, plus de laxisme, plus d'impôts."

"Il y a 353 circonscriptions où nous avons fait plus de 12,5%  c'est des circonscriptions où nous pourront nous maintenir aux législatives."

20h20 : Marine Le Pen est la première à être interrogée par le présentateur de France 2. La présidente du Front national donne rendez-vous aux Français pour le traditionnel rassemblement du 1er mai. Depuis ce matin, dit-elle, Nicolas Sarkozy et François Hollande "insultent et humilient" les électeurs frontistes. "C'est un vote d'adhésion", poursuit-elle. "C'est humiliant de les traiter comme si c'était un vote de colère".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !