"Des paroles et des actes" : Pierre Moscovici confirme le recul des impôts en 2017 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Des paroles et des actes" : Pierre Moscovici confirme le recul des impôts en 2017
©

Grand oral télévisé

"Des paroles et des actes" : Pierre Moscovici confirme le recul des impôts en 2017

Jeudi soir, le ministre de l'Economie était l'invité de l'émission de France 2, avec le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

Mondialisation - Dans certaines industries, on commence à obtenir des mesures de protection, s'est réjoui Arnaud Montebourg. Et de citer l'exemple du secteur de la céramique et de la porcelaine. "Ca bouge, mais pas assez à mes yeux." Chaque citoyen à sa place "dans la bataille du Made in France." "De plus en plus de Français s'y intéressent", a-t-il ajouté.

L'Allemagne - "L'Allemagne a une stratégie solitaire qui a consisté à écraser les salaires pour reprendre des parts de marché" aux concurrents européens, a déclaré le ministre du Redressement productif. "C'est sûr que quand les chômeurs sont des travailleurs sans salaire, il n'y a pas de chômage". "Le taux de pauvreté en Allemagne a explosé", a-t-il souligné. "Les excédents de l'Allemagne, ce sont nos déficits" et "si tout le monde fait comme ça, on va tous être en récession".

>>>> Sur le même sujet, notre interview d'Arnaud Montebourg : "La Commission européenne, c'est un peu la cavalerie américaine qui arrive trop tard quand tout le monde s'est fait scalper"

La pique de Moscovici à Montebourg - "Il a de la chance. Moi, je dois maîtriser ma parole."

Travail le dimanche - Le candidat Hollande y était favorable, a rappelé François Lenglet. Pierre Moscovici a botté en touche : "Je pense qu'il est important de donner plus de liberté en la matière" mais aussi "plus de droits aux travailleurs".

Impôts - Le ministre de l'Economie a confirmé que les prélèvements obligatoires allaient "reculer" en 2017 après s'être stabilisés à partir de 2015. Et de citer des chiffres : les prélèvements obligatoires représentaient 42% de la richesse nationale en 2009, ils représentaient 45% en 2012 et 46,1 en 2014. "En 2017, ils seront à 45,8%", a dit Pierre Moscovici.

Croissance - Interrogé sur les mauvais chiffres économiques de la France (croissance zéro), Pierre Moscovici a répondu qu'il fallait les comparer avec ceux des autres pays de la zone euro : "L'Italie c'est -0,2, l'Espagne, c'est -0,6", a-t-il dit. "Les prévisions pour le 4e trimestre sont de +0,4." La France est sortie de la récession, le travaille du gouvernement est désormais de "muscler la croissance", a expliqué le ministre. 

Affaire Varin - "Le gouvernement a fait plier M. Varin", a affirmé le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Philippe Varin a renoncé à sa retraite chapeau chez PSA Peugeot Citroën après une avalanche de critiques. "Ce que je déplore, c'est qu'on soit obligé d'avoir un scandale sur la place publique pour que des dirigeants, d'eux-mêmes, y renoncent."

Le chômage - A propos de la baisse - discutable - du nombre de demandeurs d'emploi, Arnaud Montebourg a salué un "signe encourageant". "Mais une hirondelle ne fait pas le printemps, met en garde le ministre. Il faut que cette inversion soit durable et c'est le sens de notre action." "Certains critiquent nos emplois aidés, mais c'est notre fierté."

"L'inversion de la courbe du chômage est entamée, elle est en marche. C'est le résultat d'une action, mais aussi d'un climat économique car la France est sortie de la récession", a affirmé de son côté Pierre Moscovici. "Ce qui compte, c'est que ça s'inscrive dans la durée."

Les frères ennemis de Bercy - Interrogé sur les divergences d'opinion au sein du "couple" Moscovici / Montebourg, le ministre de l'Economie a répondu : "Si je disais que nous sommes des clônes, je mentirais." Mais "nous avons le même souci : que notre pays se redresse", "nous sommes complémentaires". "Nous sommes un couple assorti", a ajouté le ministre du Redressement productif. Pourtant, les deux hommes forts de Bercy n'ont cessé de s'opposer depuis le début du quinquennat.

"La France peut-elle s'en sortir ?" C'est le thème de l'émission "Des paroles et des actes", ce jeudi soir sur France 2. Le chômage va-t-il vraiment baisser ? Y'a-t-il trop d'impôts ? Peut-on produire français ? Pierre Moscovici, ministre de l'Economie, et Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, répondront aux questions de François Lenglet et Nathalie Saint-Cricq.

Pierre Moscovici sera ensuite opposé à Valérie Pécresse, ancienne ministre du Budget et députée UMP. Arnaud Montebourg débattra avec Denis Payre, ancien chef d'entreprise et fondateur du mouvement Nous citoyens.

Les deux ministres ne s'apprécient guère, rappelle Le Lab d'Europe 1. Au cours de leurs 18 mois passés à Bercy, ils se sont écharpés sur la gestion du dossier PSA, sur la mise en place de la Banque publique d'investissement ou encore sur le rachat de Dailymotion.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !