En 2040, il n'y aura plus que des voitures automatiques en Israël | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En 2040, il n'y aura plus que des voitures automatiques en Israël
©Reuters

Crash test

En 2040, il n'y aura plus que des voitures automatiques en Israël

La voiture automatique a tué son premier passager. Mais cette technologie, elle ne fait que voir le jour. En Israël, on prévoit de la généraliser dans moins de trente ans.

Pour la première fois un homme est mort à bord d'une voiture autopilotée. À bord de sa Tesla Model S, Joshua Brown a été la victime de son véhicule high-tech qui s'est écrasé contre un camion blanc. La voiture n'avait pas réussi à distinguer du ciel nuageux. 

Malgré cela, l'accident ne devrait pas réduire l'engouement pour ce nouveau type de technologie. On considère que le nombre de morts et blessés devrait même diminuer proportionnellement, avec le perfectionnement progressif de la technologie. 

Le chef scientifique du Ministère des Transports israélien, Shay Soffer, a même déclaré au Jérusalem Post qu'il pensait que c'était la faute du pilote. Ce dernier, technophile avéré, considère qu'en 2040, les gens ne seront plus autorisés à conduire sur les voies publiques en Israël. Et que cela réduirait drastiquement le nombre de morts par accidents.

Il affirmé que c'était pour cela qu'Israël investissait massivement dans cette nouvelle technologie. L'Etat israélien aide par exemple l'entreprise Mobileye à se développer. Cette entreprise est déjà en lien avec Tesla, l'entreprise américaine pionnière en termes de voiture automatique. 

Aux sceptiques, le scientifique déclare : "vous souvenez vous du Laser disque ?" 

Dans vingt ans, il pense déjà mettre fin à l'existence des taxis. Mais il affirme bien prendre en compte les dangers qui entourent cette avancée : "le gouvernement devra faire attention" a-t-il déclaré. 

Lu dans le Jerusalem Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !