Emplois fictifs aux FN : les enquêteurs auraient eu accès à des documents "compromettants" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emplois fictifs aux FN : les enquêteurs auraient eu accès à des documents "compromettants"
©

Enquête

Emplois fictifs aux FN : les enquêteurs auraient eu accès à des documents "compromettants"

Selon l'AFP et le JDD, un email et un tableau mettent à mal la défense de Marine Le Pen.

Les "affaires" continuent au Front national. Alors que sa présidente Marine Le Pen pourrait être convoquée par le Parlement européen, la première semaine de mai, dans le cadre de la levée de son immunité parlementaire, l'AFP et le JDD révèlent que les enquêteurs sont en possession de documents "compromettants" dans cette affaire d'emploi supposés. Il s'agit en fait d'un email, daté du 13 septembre 2012, envoyé par Charles Van Houtte, administrateur au Parlement européen pour le compte du Front national au trésorier Wallerand de Saint-Just et à un cabinet d'experts-comptables qui sert de tiers-payant pour les salaires d'assistants parlementaires.

"Voici les modifications à apporter aux différents contrats, suite à la réunion qui a eu lieu à Strasbourg (...) Wallerand, Marine demande que vous informiez les salariés" affirme ce courrier. Il décrit un système de des "vases communicants pour ne pas dépasser le budget de 21 209 euros de dotation" qu'obtient chaque eurodéputé pour ses assistants parlementaires : "CDI de Yann (Maréchal Le Pen, chargée des grands événements au FN) sur BG (Bruno Gollnisch) à partir du 1/5/2012. Pas possible de la mettre sur autre contrat." Un tableau joint montre "les noms d’une vingtaine de députés" avec "le niveau de crédit consommé."

Contacté par l'AFP, Wallerand de Saint-Just se défend : "Il est normal que les budgets alloués aux parlementaires soient utilisés. Tout ça n'apporte en aucun cas la moindre preuve que ces gens n'ont pas travaillé comme assistants parlementaires."

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !