Emmanuel Macron tance Hamon et les fondeurs : "il y a la politique des artisans et celle des fainéants" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Macron attaque Hamon
Macron attaque Hamon
©Reuters

Pas dans la dentelle

Emmanuel Macron tance Hamon et les fondeurs : "il y a la politique des artisans et celle des fainéants"

Dans un entretien au Monde publié ce vendredi, le ministre de l'Economie revient sur les dessous des discussions à l'Assemblée nationale sur sa loi.

Après un court séjour à la montagne, Emmanuel Macron a repris de la vigueur et critique fortement les frondeurs du PS. Dans un entretien au Monde publié ce vendredi, il revient sur le passage en force de sa loi et sur l'attitude de certains élus socialistes. "Ma conviction, c’était qu’on pouvait l’emporter. Dans les derniers comptages, on passait à quelques voix. Mais il y avait un risque. Je manque d’expérience politique pour l’apprécier comme il faut et j’ai donc fait confiance à ceux qui avaient l’habitude du jeu parlementaire" explique-t-il d'abord reconnaissant que le gouvernement n'avait pas le choix d'utiliser le 49-3. Un modus operandi qu'il ne voulait pas. 

"Puis le ministre de l'Economie attaque sèchement Benoît Hamon. "Il avait simplement besoin d’un prétexte pour son vote contre. Tout le reste n’est que littérature". Revenant sur les reproches de certains députés de gauche, qui disent que Macron "n'a rien écouté", il réplique : "Que fallait-il faire ? Tirer un trait sur tout ce travail avec les parlementaires, sur ce qui avait été décidé par le président de la République et par le premier ministre ? Dire “vous avez raison, ne permettons pas plus de sept dimanches du maire”, parce que c’est pour certains au PS une sorte de chiffre magique, sans aucun fondement d’ailleurs ? Ma conviction, c’est que les compromis finaux n’auraient rien changé. A la fin des fins, il faut bien décider. Et nous avons décidé d’avancer".

Pour lui, son texte a été pris en otage". Il estime d'ailleurs que "la logique partisane, en particulier à l’approche des élections départementales, a été telle que seuls ceux qui n’avaient rien à perdre ont eu le courage de la dépasser. Les autres se sont pliés à la discipline de parti". "Au cours de la dernière nuit de discussion à l’Assemblée, j’ai été saisi de voir à quel point certains députés étaient dans un débat théorique et à quel point ils perdaient le réel" lance-t-il encore contre les députés PS. Emmanuel Macron va encore plus loin en affirmant : "il y a la politique des artisans et celle des fainéants, qui consiste à regarder la surface de l’eau. On meurt de cela".

"A l’évidence, j’ai moins les codes que certains, moins de liens personnels, moins d’expérience de la politique politicienne"Si la question est de savoir si, avec vingt ans d’expérience politique derrière moi, ce texte aurait eu un autre sort, je ne sais pas le dire. Peut-être qu’il n’aurait pas eu la même ambition" termine le ministre qui ne va pas se faire que des amis. Il en a maintenant l'habitude.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !