Emmanuel Macron assure qu'il n'est pas "l'obligé" de François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron a lancé son mouvement politique baptisé "En Marche" le 6 avril dernier.
Emmanuel Macron a lancé son mouvement politique baptisé "En Marche" le 6 avril dernier.
©Reuters

Sentiment

Emmanuel Macron assure qu'il n'est pas "l'obligé" de François Hollande

"J'ai une loyauté personnelle envers François Hollande (...) En même temps, lorsqu'un président nomme quelqu'un ministre, il le fait parce qu'il pense que c'est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé", estime le ministre de l'Economie.

A l'occasion d'un entretien à paraître vendredi 22 avril dans les journaux du groupe Ebra, Emmanuel Macron évoque sa "loyauté personnelle envers François Hollande", tout en expliquant ne pas avoir le sentiment d'être "son obligé" ou encore l'homme d'un "clan".

"J'ai une loyauté personnelle envers François Hollande. Je lui dois de m'avoir fait confiance et de m'avoir nommé au gouvernement. En même temps, lorsqu'un président nomme quelqu'un ministre, il le fait parce qu'il pense que c'est bon pour son pays, pas pour en faire son obligé", explique le ministre de l'Economie, deux semaines après le lancement de son mouvement politique baptisé "En Marche". 

"Dans la logique actuelle, on parle d'abord des personnes (...) Les partis choisissent d'abord un candidat, qui cherche à accentuer le clivage droite-gauche pour gagner sa primaire. Ensuite, chacun va chasser des voix au centre pour gagner l'élection. Et au lendemain de l'élection, on cherche à reconstruire des équilibres, des unions, on lance un grand bilan du pays", poursuit Emmanuel Macron.

Le ministre estime également qu'il faut "faire les choses dans l'autre sens : d'abord le bilan, le diagnostic du pays, ensuite les idées et les actions pour y répondre et enfin les personnes". 

>>>> À lire aussi : Waouh… Emmanuel Macron candidat en 2017 ? (Certains de) ses proches non seulement le croient mais l'affirment

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !