Emmanuel Macron à un jeune Algérien : "vous n'avez jamais connu la colonisation !" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Emmanuel Macron à un jeune Algérien : "vous n'avez jamais connu la colonisation !"
©

Persiste et signe

Emmanuel Macron à un jeune Algérien : "vous n'avez jamais connu la colonisation !"

Interpellé par un jeune homme qui souhaitait lui parler de l'Algérie française, il lui a enjoint à plutôt "regarder l'avenir".

Emmanuel Macron était en Algérie ce 6 décembre 2017. Lors d'un passage au milieu d'une foule compacte qui le saluait des traditionnels "youyous" (les fameux cris aigus poussés par les femmes au Maghreb qui peuvent tout autant manifester la joie que la colère), le Président Emmanuel Macron s'est fait interpeller par un jeune homme. Le dialogue a été plutôt houleux : 

“Qui évite quoi ? J'évite de venir vous voir ? J'évite de dire ce qui s'est passé ? Mais il s'est passé des choses, comme je l'ai dit... Il y a des gens qui ont vécu des histoires d'amour ici. Il y a des gens, Français qui aiment encore terriblement l'Algérie, qui ont contribué et qui ont fait des belles choses, il y en a qui ont fait des choses atroces. On a cette histoire entre nous mais moi j'en suis pas prisonnier. Mais vous, vous avez quel âge ?”

Le jeune homme lui répond, et Emmanuel Macron, agacé, le reprend alors vertement : 

“Mais vous n'avez jamais connu la colonisation ! Qu'est-ce que vous venez m'embrouiller avec ça ? Vous votre génération, elle doit regarder l'avenir !” 

Après les déclarations du Président en Afrique sub-saharienne la semaine dernière, Emmanuel Macron réaffirme son idée de refuser la "guerre compassionnelle" dans le pays où la mémoire des affrontements coloniaux est la plus vive des deux bords, car la plus récente et la plus violente.

 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !