Emmanuel Macron : "Je me devais de prendre la mer avec une embarcation plus frêle" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron : "Je me devais de prendre la mer avec une embarcation plus frêle"
©RTL

Marin dans l'âme

Emmanuel Macron : "Je me devais de prendre la mer avec une embarcation plus frêle"

L'ex-ministre a passé le relais à Michel Sapin, qui a annoncé l'arrivée d'un nouveau secrétaire d'État.

L'ambiance était cordiale, presque amicale, à Bercy, ce mercredi matin, pour la passation de pouvoir entre Emmanuel Macron et Michel Sapin. Il faut dire que le premier souhaite faire dans la modestie tandis que le deuxième veut éviter toute polémique supplémentaire. Pour le jeune loup de la politique, il s'agissait donc de quitter ses fonctions pour tenter une aventure plus périlleuse. C'était le message asséné : Emmanuel Macron n'abandonne pas le navire mais prend de nouveaux risques. "Les circonstances que nous vivons imposent de prendre des risques, et si j'ose cette métaphore : de prendre la mer (...) Je me devais de prendre la mer avec une embarcation plus frêle" explique-t-il. "Nous n'avons pas tout réussi, nous n'avons pas tout terminé, il reste beaucoup de choses à faire" rappelle-t-il.

De son côté, Michel Sapin n'a pu s'empêcher d'envoyer quelques piques, noyées dans des qualificatifs plus élogieux. "La France a besoin de talent. Tu en as" a-t-il lancé. "Elle a aussi besoin de stabilité." Et de poursuivre : "Une passation de pouvoirs, c'est quand il y en a un qui part, un qui arrive. Mais désolé, j'étais là avant…"

Au-delà de ces petites escarmouches protocolaires, Michel Sapin a annoncé la nomination d'un secrétaire d'Etat pour reprendre le portefeuille de l'Économie. Pour le moment, aucun nom ne circule. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !